Témoignage: « La providence »

5
110

(L’histoire derrière cette belle Mercedès grise)
Bien-aimé, ce témoignage que vous lirez est lié au témoignage que nous venons de partager sur la restauration et la promotion de la vie de notre bien-aimé. Comme je le disais, en moins d’un mois, j’ai reçu au moins 4 témoignages dans le domaine de l’emploie. Je suis sûr que Dieu est en train de faire quelque chose pour ses enfants dans ce domaine cette saison.
Je vous supplie de ne pas sauter une seule ligne en lisant. Ma prière est que Dieu nous accorde la grâce de Lui être obéissant et de ne pas être distrait en menant notre vie telle que nous le voulons. Une erreur maintenant peut nous coûter très cher après. Un faux pas aujourd’hui peut ne faire manquer notre lendemain. Une petite semence aujourd’hui peut nous rapporter infiniment au-delà de nos attentes demain. Je me suis rendu compte qu’une semence n’est pas seulement financière comme plusieurs pensent. Le temps, la disponibilité, l’attention, la prière, l’exhortation, le sourire que nous pouvons donner peut faire du bien et changer la vie d’une personne si seulement nous pouvons le faire avec amour.
Lorsque nous avons clôturé la CEPA à Douala, nous devrions aller prier pour les bien-aimés de Yaoundé. Nous avons appelé un pasteur que je connaissais personnellement, je vais taire son nom et le nom de son église, qui est en plus congolais. Il avait promis de venir nous chercher, malheureusement, il n’est pas venu nous chercher. Nous l’avions appelé, il était 22 h00 lorsque nous sommes arrivés à l’agence. Il a promis de rappeler. Dans la suite, il nous dira que son chauffeur ne décroche pas et qu’il ne pouvait pas venir nous chercher, mais que demain très tôt le matin, il viendra. Il nous a dit de passer la nuit à l’agence. Wouah. Nous avons fait de notre mieux afin de trouver une auberge de fortune pour passer la nuit espérant que l’homme de Dieu viendrait nous chercher ou nous enverra son chauffeur le lendemain comme il nous l’a promis. Le matin, après une longue nuit, je n’avais presque pas dormi vu l’état de la chambre dans laquelle je me trouvais. J’avais gardé mon pantalon, ma chemise et même mes chaussures. J’ai passé la nuit les pieds au sol. Je ne pouvais même pas me laver, ni brosser les dents le matin…il était déjà 10 heures du matin…personne ne nous appelle… la sœur qui m’accompagnait me pose la question de savoir si mon frère du Congo, le pasteur m’a appelé, j’ai répondu : « Non, il ne m’a pas du tout appelé. Je termine l’enseignement et je l’appelle. » C’était triste de voir qu’une personne de mon propre pays et de la communauté que j’ai fréquentée des années et qui me connaissait nous traite de la sorte dans un pays étranger. Le but ici n’est pas d’accuser qui que ce soit mais de ressortir la providence. C’est quoi la providence ? Je ferai un pléonasme si je disais providence divine. La providence, c’est la suprême sagesse par laquelle Dieu conduit toutes choses. C’est pourquoi Paul a dit :
« Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. » Romains 8 :28  
Lorsque quelque chose ne marche pas telle que nous l’avions planifié, cela n’est pas une raison de commencer à se plaindre, à se lamenter, à se soucier, mais plutôt de rendre les actions de grâces à Dieu qui est le Maître des temps et des circonstances, qui peut tout recréer à partir du néant, qui est le Pourvoyeur.
Donc, pour dire qu’en dépit du fait que le pasteur n’ait fait aucune attention de nous, Dieu avait Son plan merveilleux que nous ignorons. Il ne nous a reçu pas dans sa maison et a demandé à un des frères de son église de nous conduire quelque part. C’était dans la chefferie où il avait son petit studio. Heureusement pour nous, Dieu avait touché la femme de la maman qui a aussi donné une chambre à maman Gertrude. C’est ainsi que le frère dont je tais le nom, sachant que nous allions déjà quitter, car nous avions perdu un jour de travail du fait qu’on ait passé la nuit à un endroit imprévu, nous avions décidé de raccourcir notre séjour. Et ce bien-aimé est venu. Je ne savais pas qui il était. Après notre premier échange, nous avons commencé à échanger seulement lorsque je suis arrivé au Cameroun. C’est ainsi qu’il m’a rappelé notre conversation, et je dis : « ooooh…je vois, je vois… » Dieu a complètement changé sa situation. Et son témoignage m’encourage à continuer à être disponible pour le peuple de Dieu, à être l’extension de la main de Dieu…à ne pas hésiter à dire tout haut ce que Dieu me met dans le cœur pour Ses enfants. Si ce jour-là, j’avais zappé son message sans répondre, je ne sais pas ce qui allait se passer dans la suite. Mais juste une parole inspirée suivant sa situation l’a soutenu et les cours des choses ont changés. Bien que l’homme de Dieu qui devait nous recevoir nous ait presque abandonné, Dieu s’est bien occupé de nous. Une semence plantée de loin a été moissonnée. C’est ainsi que Dieu a pourvu à notre transport pour visiter la ville avec son chauffeur à notre disposition. Il nous a payé les billets dans la meilleure agence du pays. Et nous concluons en disant que ce voyage missionnaire était vraiment l’œuvre de Dieu. Nous étions allés par la foi et nous avons tout fait par la foi. Nous ne devons pas négliger ce que Dieu nous demande de faire. Même si nous ne voyons rien aujourd’hui, continuons à semer sans nous décourager. Il est écrit :
« Dès le matin sème ta semence, et le soir ne laisse pas reposer ta main; car tu ne sais point ce qui réussira, ceci ou cela, ou si l’un et l’autre sont également bons. » Ecclésiaste 11 :6
Nous rendons les actions de grâces à Dieu pour Son soutien. Demain, nous quittons le sol camerounais pour rejoindre notre famille à Kinshasa. Que toute la gloire revienne à notre Dieu.
Lire aussi: Le témoignage de notre bien-aimé (Restauration et Promotion)
Lire aussi: Liste de témoignages

5 Commentaires