Témoignage: Restauration et promotion

4
108

J’avais eu un parcours professionnel sans couac depuis la fin de mes études universitaires. Jusqu’à me retrouver comme expat au Cameroun, après d’autres pays. Seulement, depuis ce temps je n’avais pas d’enfants. On a été dans la patience et la souffrance intérieure depuis 6 ans, et à la 7ème naquit notre premier fils en 2013. Juste à la même période, mon travail était menacé, je tenais bon…puis en fin de compte, je devais rentrer au pays, essayer de me relancer.
Bien que matériellement je vivais encore bien, mais psychologiquement j’étais atteint, mon combat permanent avec mon supérieur hiérarchique avait atteint des limites d’injustice. En fin au pays, je me préparai à trouver quelque chose de durable, bien que certaines personnes très marquées par mon travail dans mon ancienne boite, avaient milité pour que je poursuive mon domaine avec eux en qualité de consultance. Quand j’annonçai toutes ces choses à ma femme, elle ne perdit nullement foi en Dieu. Au même moment aussi, dans mes soucis et méditations, j’ai rencontré le Pasteur du Net, lui fit un message pour un appui spirituel, car tout ce que je vivais me dépassait.
Dans ce moment, je me souvenu que mon père aujourdhui décédé, connu le même problème professionnel que je rencontrai, et au même âge que le mien. J’en parlai au Pasteur du Net, lui raconta mes angoisses. Il me fut une prière, et me dit même si ton père a connu ces choses, retiens qu’aucun lien n’est supérieur au sang du Christ que je proclame sur toi. Trois mois après, rentré au pays, j’ai fut submergé par les réponses positives ci et là des applications que j’avais faites, au point même d’en choisir la position très importante, au rang diplomatique d’une grande institution multilatérale, dans laquelle je devais à nouveau gérer les ancienne organisations que j’avais quitté. La colère ou la revanche ne prudent point le dessous sur moi. J’ai retrouvé une plus grande position encore au Cameroun, là où j’ai connu l’abaissement et l’humiliation. Aujourd’hui, revoir en face de moi le Pasteur du Net que Dieu a utilisé avec des mots justes pour me soutenir dans mon épreuve que j’endurai, a été un honneur que le Seigneur m’a fait.
Je dis encore merci, et aujourd’hui, moi et ma femme et mes deux enfants n’avons pas oublié la main de Dieu qui n’est jamais courte pour secourir Ses enfants, même au fond d’un puit ou même enfouis sous la terre. Le Seigneur Jésus a tout réhabilité. Je dis amen!
Frère du Net, Cameroun