L’éclat de Sa gloire 20ème partie: “La louange par le silence”

Lundi 20 Juillet 2015
Parole Prophétique de l’Année : Je suis l’Expression de la Grâce de Dieu
Cri du cœur de Juillet 2015 : « Ô Père céleste, fais éclater Ta gloire dans tous les aspects de ma vie. »
Série d’enseignements : « L’éclat de Sa gloire – 20ème partie»
Sous-thème : « La louange par le silence »


Dieu fixe de nouveau un jour :
«Aujourd’hui, Dieu me dit de te dire de garder silence, car c’est dans la tranquillité et le repos que sera ton salut.»  ( Exode 14 :14 ; Esaïe 30 :15)


L’une des choses que l’on a besoin pour contempler, c’est le calme, le silence, la tranquillité. Pour une personne qui se noie dans une piscine ou dans une rivière par exemple, il est recommandé et au maître et à la dite personne de rester calme. Ce calme permettra au maitre nageur de pouvoir surement le sauver de la noyade. C’est même très dangereux pour un maître nageur de se lancer au sauvetage d’une personne très agitée.
C’est aussi la même chose lorsque l’on veut sauver une personne en médicale, dans la chirurgie, rare sont les opérations qui se font sans anesthésie. Il y a des opérations qui peuvent commencer sans anesthésie dans lesquelles les patients ont réclamés à cause de la grande douleur qu’ils soient anesthésiés.
Dans la vie, il nous arrive de fois de rencontrer un problème, une difficulté et l’on commence à crier, se fâcher, s’agiter, mais enfin de compte sans un seul bon fruit tangible en sort. Mais, lorsqu’on reste calme, c’est alors que l’on peut songer aux différentes solutions pour résoudre le problème auquel nous faisons face.
Cette semaine, nous allons appliquer la sagesse du silence et de la tranquillité que le Seigneur Dieu, notre tendre Père céleste a recommandé plusieurs fois tel que dans :
Exode 14 :14 :
« L’Éternel combattra pour vous; et vous, gardez le silence. »
Considérons le cas de ces enfants d’Israël qui avaient passé quatre cent trente ans l’esclavagisme, dans les liens, dans la souffrance, dans le monde. Tout ce qu’ils avaient en eux, c’était le monde, ils avaient oublié les coutumes de leurs pères Abraham, Isaac, Jacob qui recherchaient la face du Seigneur leur Dieu, qui de temps en temps offraient des sacrifices à Dieu, faisaient des autels à chaque fois qu’ils avaient des rencontres avec Dieu. Rappelons-nous d’Abraham qui par la foi est allé offrir même son fils Isaac et là, sur la même montagne, il a eu la rencontre avec Dieu comme étant le Dieu qui pourvoit, Jehova-Jiré. (Genèse 22 :12-14)
Les patriarches de ce peuple savaient comment faire des sacrifices à Dieu, comment marcher avec Dieu, comment recevoir et obéir aux instructions de Dieu. Dieu leur parlait et leur instruisait directement. A l’époque d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, Dieu lui-même s’adressait directement à eux car il n’y avait aucune loi. La loi est arrivée au mont Sinaï parce que le peuple d’Israël sortait du monde, de l’Egypte, le pays de l’idolâtrie et d’un peuple polythéisme. Dieu devait leur apprendre sa loi afin de marcher avec eux parce qu’Il est le Dieu trois fois saints. Voilà donc ce peuple non affermi, qui ne connaissait plus la puissance de leur Dieu bien qu’il l’a expérimenté en  voyant les dix plaies sur les égyptiens pendant qu’ils étaient exemptés bien que vivant dans un même pays. L’heure n’était pas aux affermissements, car derrière eux une armée d’élite venait afin de pouvoir les exterminer. Les enfants d’Israël, délivrés de la main du Pharaon d’Egypte, délivrés de l’esclavagisme faisaient face à leur toute première situation difficile. Comme je dirais, leur toute première épreuve dans leur vie chrétienne. Que faire ? Ce peuple qui ne sait pas louer Dieu, ce peuple qui est encore charnel, ce peuple qui vient à peine de commencer à voir la main et la puissance de Dieu, ce peuple qui ne sait même pas prier ?
Face à ce défi qui était la mer rouge devant eux, les enfants d’Israël ont commencé à crier.
Examinons la situation de près, rendons-nous dans Exode 14, nous allons y aller progressivement :
Les versets 6 à 9 :
« Et Pharaon attela son char, et il prit son peuple avec lui.
Il prit six cents chars d’élite, et tous les chars de l’Égypte; il y avait sur tous des combattants.
L’Éternel endurcit le cœur de Pharaon, roi d’Égypte, et Pharaon poursuivit les enfants d’Israël. Les enfants d’Israël étaient sortis la main levée.
Les Égyptiens les poursuivirent; et tous les chevaux, les chars de Pharaon, ses cavaliers et son armée, les atteignirent campés près de la mer, vers Pi-Hahiroth, vis-à-vis de Baal-Tsephon. »
Ceci se passe lorsque les enfants d’Israël ont quitté l’Egypte et campaient près de la mer rouge. Pharaon poursuivit les enfants d’Israël avec son peuple, prit six cents chars d’élite, et tous les chars de l’Egypte et sur tous ces chars, il y avait des combattants.
Notons ici que la raison qui avait fait que Dieu n’amène pas son peuple directement à la terre promise par le pays des philistins quoi que court, c’était à cause de combats. Les enfants d’Israël allaient directement retourner en Egypte pour fuir les combats. Ils n’avaient pas d’armée, ils n’étaient pas des combattants, ils n’étaient que des esclaves.
Lisons quand même cela dans Exode 13 :17-18
« Lorsque Pharaon laissa aller le peuple, Dieu ne le conduisit point par le chemin du pays des Philistins, quoique le plus proche; car Dieu dit: Le peuple pourrait se repentir en voyant la guerre, et retourner en Égypte.
Mais Dieu fit faire au peuple un détour par le chemin du désert, vers la mer Rouge. Les enfants d’Israël montèrent en armes hors du pays d’Égypte. »
« 1000 détours de Dieu valent mieux qu’un seul raccourcis de l’homme. »
Voila maintenant que le Pharaon, son peuple, tous les élites de son armée et tous les chars égyptiens qui les poursuivaient. Bien-aimé, ce n’était pas une situation confortable. Continuons avec la lecture du chapitre 14.
Les versets 10-12 :
« Pharaon approchait. Les enfants d’Israël levèrent les yeux, et voici, les Égyptiens étaient en marche derrière eux. Et les enfants d’Israël eurent une grande frayeur, et crièrent à l’Éternel.
Ils dirent à Moïse: N’y avait-il pas des sépulcres en Égypte, sans qu’il fût besoin de nous mener mourir au désert? Que nous as-tu fait en nous faisant sortir d’Égypte?
N’est-ce pas là ce que nous te disions en Égypte: Laisse-nous servir les Égyptiens, car nous aimons mieux servir les Égyptiens que de mourir au désert? »
Qu’est ce qui se passe ici ? C’est exactement la même condition que les enfants de Juda et Josaphat que nous avions vu dans 2 Chroniques 20. Ils eurent une grande frayeur, et crièrent à l’Eternel. Ils ont bien commencé de pouvoir crier à l’Eternel. Certainement c’était pour demander du secours de Dieu qu’ils ont crié. Cela n’est pas mauvais de crier à Dieu. Mais…quelque chose à clocher ici. Et c’est ce qui fait la démarcation avec la frayeur de Josaphat.
Les enfants d’Israël ont commencé de murmurer, de se plaindre en forme interrogative. Ecoutons-les dans les versets 10 à 12, juste après avoir fini de crier (disons prier, invoquer, appeler le secours de Dieu) :

  • N’y avait-il pas des sépulcres en Égypte, sans qu’il fût besoin de nous mener mourir au désert?
  • Que nous as-tu fait en nous faisant sortir d’Égypte?
  • N’est-ce pas là ce que nous te disions en Égypte: Laisse-nous servir les Égyptiens, car nous aimons mieux servir les Égyptiens que de mourir au désert?

C’est exactement ce qui se passe dans la vie de plusieurs d’entre nous aujourd’hui en face des difficultés, en face du péril, du manque, des défis et que sais-je d’autres. Nous commençons à penser quand on était païen, quand on était dans le monde, tout allait bien, maintenant que nous avons donné notre vie à Jésus-Christ, voilà ce qui nous arrive. Je ne vais pas m’attarder là-dessus, c’est une réalité que nous connaissons tous et qui est déjà arrivé à plusieurs d’entre nous, de regretter notre passé, de se plaindre pour le présent que l’on est entrain de vivre, les choses deviennent si dures, si serrées pour nous.
Que faire dans pareille situation ? Ces enfants d’Israël ne savent pas louer Dieu, ils ne sont pas affermis. Berger Moïse, que devons-nous donc faire ? Est-ce allons-nous rendre auprès du Pharaon et demander sa clémence, qu’ils nous acceptent de retourner dans nos travaux forcés en Egypte ?
Voyons la réponse de Moïse, parce que c’est là que nous allons nous attarder. Les versets 13-14 :
« Moïse répondit au peuple: Ne craignez rien, restez en place, et regardez la délivrance que l’Éternel va vous accorder en ce jour; car les Égyptiens que vous voyez aujourd’hui, vous ne les verrez plus jamais.
L’Éternel combattra pour vous; et vous, gardez le silence. »
C’est la même chose qui a été dite à Josaphat, de ne pas craindre,  pour eux, ce n’est pas de rester sur place mais de descendre dans les lieux de combat, parce que l’ennemi n’était pas devant eux. Mais ici, les enfants d’Israël, lorsqu’ils lèvent les yeux, au verset 10, ils voient les égyptiens. Ils voient tous les chars avec les élites de leur armée. Ils pouvaient voir les bérets rouges, verts et distingués de loin la différence. Il n’y avait pas de casques bleus, la force de Nations Unies, ou la MONUSCO, comme chez nous en R.D.Congo. (Rires) A la vue de tout ceci, voilà ce Moïse qui leur dit de garder silence. Voilà, je ne sais d’où sort ce Pasteur du Net, qui ne sait pas combien je souffre et me dit que cette semaine sera ma semaine de silence et de contemplation ! Contempler quoi ? Quel silence ? Comme une de mes sœurs, elle s’était excuse déjà, qui m’avait dit : « l’éclat de Sa gloire…de sa quoi ? »
Pourquoi devons-nous garder silence ?
Si tu viens à peine de nous rejoindre, c’est ton premier enseignement, je vais te conseiller de lire l’enseignement du 19 Juillet qui nous apprend à contempler Dieu et ses œuvres.
Commençons par dire qu’on contemple Dieu de deux manières :
a) pour toutes les choses qu’Il a faites
b) pour toutes les choses qu’Il a promis de faire ou qu’Il est prêt à faire
Mais les enfants d’Israël, face à cette situation et au manque d’affermissement ne connaissaient pas tout ceci. Ils étaient de bébé spirituel. Je ne dis pas que tu es bébé spirituel, toi qui me lis. Loin de là cette pensée. (Rires). Sois francs entre nous et disons-nous bien en face que c’est plus facile de louer Dieu lorsque tout va bien que lorsque tout ne va pas. Lorsque ses affaires marchent, on a un bon travail avec un bon salaire, on sait s’offrir tout ce qu’on veut quand on le veut, on vit dans le confort, dans le luxe même, on voyage pour les vacances etc. c’est facile dans ce confort de lever les yeux au ciel et dire O Père céleste, Tu es merveilleux. Je te bénis pour la journée d’aujourd’hui, pour ceci et pour cela. Mais de l’autre côté cette famille qui n’a pas mangé pendant une semaine, qui vivote, qui a de mal à payer le loyer et qui a même des problèmes avec son bailleur, voilà que leur enfant vient encore d’échouer aux examens d’Etat, voilà qu’il y a la maladie, les affaires ne marchent plus, l’instabilité de tout côté, des années dans le mariage sans fruit des entrailles, que la souffrance, que la douleur etc. Voilà que je vais louer Dieu, pour quoi donc ? Dis-moi Pasteur du Net ? C’est facile à dire, mais ce n’est pas facile à vivre quelqu’un va me répondre.  Pour répondre à cette question, ayons une base, nous sommes entrain de parler des enfants d’Israël et de nous-mêmes directement.
Les enfants d’Israël sont les enfants de Dieu, le peuple de Dieu, ils appartiennent à Dieu, c’est l’Eternel, Je Suis qui est leur Dieu. Toi et moi aussi, nous devons être sûrs que nous sommes enfants de Dieu. Dieu ne peut se porter garant que pour ses enfants et non pas les païens, pour un peuple qui ne lui appartient pas. C’est bien, nous venons de poser cette base. Si tu n’es pas enfant de Dieu, tu dois faire la prière pour donner ta vie à Jésus. Je vais mettre le lien à la fin de cet enseignement. Il y a une prière audio et écrite avec les instructions pour t’aider à donner ta vie à Jésus et devenir enfant de Dieu. Plusieurs prient, mais ils ne sont pas enfants de Dieu et par conséquent, Dieu ne leur répond pas, parce qu’ils ne Lui appartiennent pas. Tu peux même t’arrêter ici, aller faire la prière pour recevoir Jésus et venir reprendre les enseignements pour que cela te soit bénéfique.
Parmi nos sept attentes du mois, il y a la direction divine, c’est-à-dire être conduit par Dieu. Lorsque nous louons Dieu, Dieu nous montre le chemin à suivre, Dieu nous fraye le chemin. En tant qu’enfant de Dieu, nous devons nous assurer que c’est Dieu qui est entrain de nous conduire. Pourquoi devons gardons silence, nous répondons par :
a) parce que c’est Dieu qui nous conduit
Les enfants de Dieu sont conduits par l’Esprit de Dieu. Pour cette décision que tu veux prendre, cette affaire dans laquelle tu veux te lancer, pour la solution que l’on te propose face au problème auquel tu fais face, tu dois t’assurer que c’est Dieu qui est entrain de conduire. Dans le cas des enfants d’Israël, c’est Dieu qui le conduisait. C’est Dieu qui avait choisi que les enfants d’Israël n’aillent pas à la terre promise en passant par le pays des philistins. C’est Dieu qui en avait décidé ainsi.
« C’est Dieu qui choisit le chemin qui te conduira vers la bénédiction qu’Il t’a promis, ta terre promise, ton pays où coulent le lait et le miel. »
Plusieurs d’entre nous, avons beaucoup de promesses de Dieu, cependant celles-ci semble ne pas s’accomplir. Mais qu’est ce qui se passe ? Est-ce Dieu est menteur ? Certainement pas du tout. Le problème, c’est la direction à suivre. Il y a une direction par laquelle Dieu peut te conduire, il y aussi une direction que tu peux choisir d’emprunter toi-même. Voilà pourquoi la Bible nous recommande de ne pas être sages à nos propres yeux. Elle nous dit encore que : « Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort. » (Proverbes 14 :12 ; 16 :25 ; 3 :7) Il ne faut pas prendre une décision pour plaire aux hommes, suivant les conseils de méchants, suivant tes propres anciennes expériences.
L’Eternel est mon Berger, je ne manquerai de rien. Il me conduit dans le sentier de la justice, Il restaure mon âme…quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, que ce soit devant la mer rouge, que ce soit dans la vallée de l’ombre des myomes, de la stérilité, de la maladie incurable, du chômage, sa houlette et son bâton me rassurent. Si Dieu est là, si c’est Dieu qui conduit, il n’ya pas à s’alarmer, il n’y a pas à s’inquiéter.
b) parce que Dieu a le contrôle absolu
Pourquoi dois-je encore gardé silence ? Parce que Dieu a le contrôle absolu de la situation que je traverse, parce que c’est Lui qui me conduit. Un bon berger ne peut jamais conduire ses brebis sur un chemin qu’il ne connait pas. C’est la brebis qui peut suivre le berger sur le chemin qu’il ne connait pas, mais pas l’inverse. Nous dirons ceci que Dieu ne peut pas nous mettre dans une situation sans qu’Il en ait le contrôle absolu. En ce qui concerne les enfants d’Israël, c’est Dieu lui-même qui avait endurci le cœur du pharaon afin de le mener dans sa fin. Si Dieu a le contrôle absolu, l’une des meilleures choses à faire, c’est de rester silence. Tu ne maîtrises pas l’œuvre de Dieu. Proverbes 21 :1 nous dit que le cœur du roi est un courant d’eau entre les mains de l’Eternel qui l’incline partout où Il veut. Les cœurs de tes pharaons, de tes ennemis, de tes persécuteurs, des personnes qui doivent signer ta lettre d’engager, signer pour ce contrat que tu attends, pour te donner le visa etc. sont entre les mains de Dieu. Si Dieu est ton Père, et que tu es vraiment son enfant, un enfant obéissant, je ne vois pas pour quoi tu dois commencer à crier, à pleurer, à t’agiter, pour ta situation. Ne vois plus ce que tu vois et qui te pousse à avoir peur, à pleurer, à te soucier…vois que Dieu a l’absolu contrôle de la situation.
« Si tu es confiant en ton Dieu, ce que tu vois, ce que tu vis, ce que tu sens, ce que les gens disent, ne doivent jamais t’effrayer. »
c) parce que Dieu a toujours un plan
Souvent lorsque Dieu nous conduit, Il ne nous révèle pas toute notre destinée du coup. Dieu nous révèle toujours la fin. Prenons l’exemple de Joseph. Il voyait dans ses songes que ses frères se prosternaient devant lui, voire toute sa famille y compris son père et sa mère. Mais ce dernier ne savait pas comment cela devenir réalité. Est-ce sous le toit de son père, est-ce dans le pays de Canaan ? Rêvait-il un jour d’aller en Egypte comme nous rêvons « tous » aujourd’hui de « quitter » nos pays ? Je ne sais et je ne le pense pas. Néanmoins, une chose est sûre est que coûte que coûte, Dieu va m’élever. Et voilà toutes les circonstances contraires à son rêve, l’adversité mise en route par la haine de ses frères, Joseph se retrouve esclave en Egypte, acheté dans la maison d’un chef égyptien Potiphar, les choses semblent marcher pour lui, ils rêvent de faire prospérer les affaires de Potiphar encore et encore comme tout allait bien, voilà qu’un mauvais coup se préparait, et tout d’un coup, la vie de ce jeune homme bascule encore. De là où il respirait, dans le confort qu’il vivait, Joseph se retrouve en prison innocemment. Cela devait être le désespoir pour lui. De nos jours quelqu’un dira, en tout cas rien ne marche. Mais Dieu, où es-tu ? Mon espérance grandissait et me voilà au bas de l’échelle, en prison, loin de ma famille qui me croie déjà mort. Mais Joseph même en prison, gardait toujours l’espoir qu’un jour ses rêves allaient s’accomplir. Une lueur d’espoir est arrivé lorsque l’un des prisonniers du sorti de la prison après qu’il ait interprété son rêve, mais ce dernier l’oublia et il eut à passer deux ans en prison pour enfin voir son rêve devenir réalité lorsqu’il devint père de Pharaon et Gouverneur d’Egypte. Je te recommande de lire mon projet de livre Dieu t’envoie devant pour un but qui va te redonner le goût de vivre encore et de te confier en Dieu.
Je me suis rendu compte que Dieu de fois nous conduit sans que nous puissions en savoir quelque chose. Comment ? Parce les circonstances de notre vie. Nous apprenons en Daniel qu’Il est le Maître des temps et des circonstances et en Romains que toutes chosent concourent au bien de ceux qui aiment Dieu. Ce que tu vis peut être le résultat d’une erreur, c’est quelque chose qui te fait regretter, mais si tu marches dans la crainte de Dieu, sache que Dieu crée aussi des situations sans nous prévenir.  Dans Jérémie 29 :11, Il dit qu’Il connait le projet qu’Il a formé pour nous, des projets de paix, de bonheur et non pas de malheur afin de nous donner un avenir et de l’espérance. Es-tu bloqué ? Sache que si Dieu te conduis, puisqu’Il a un plan, des projets, sache qu’il y a une issue de sortie. Tout ce que tu as à faire, c’est de rester calme, de garder silence. De toutes les manières, regarde combien tu as tout essayé. Tu as appelés tous les amis, tes frères et sœurs, toutes les connaissances sur ton répertoire téléphonique, sur tes cartes de visites, tu es même consulter les annuaires mais sans une seule réponse favorable. Souviens-toi, Il ne partage pas sa gloire avec une autre. Si tu as confiance en lui, et bien, garde silence et laisse Dieu agir selon Son plan.
d) parce que Dieu ne peut jamais être bloqué
Dieu ne peut jamais te conduire et être bloqué. Voilà Dieu qui « se gratte les cheveux » et se demande quelle est la prochaine étape. Jamais. Ce n’est pas ce Dieu que nous servons. Il est l’Omnipotent, l’Omniscient et l’Omniprésent. Avant de se lancer dans l’accomplissement de Ses œuvres, Il avait déjà un plan. Tu vis déjà dans l’exécution du plan de Dieu pour ta vie. Comme je l’ai une fois dit que l’homme est un projet intelligent. C’est-à-dire qu’il peut réagir alors que Dieu est entrain de le conduire. S’il ne voit pas clair à sa manière, il peut se choisir un autre chemin. C’est comme les enfants d’Israël, ils pensaient retourner en Egypte. Notre silence, c’est comme l’anesthésie que Dieu nous donne alors qu’Il est entrain d’opérer nos vies, d’enlever tout ce qui est mauvais en nous etc.
Dieu connait le chemin dans la solitude, dans le désert, dans les eaux, dans le feu. Si c’est lui qui te conduit, sois en sûr que peu importe le chemin par lequel tu passes, peu importe la situation que tu vis, peu importe le niveau de ta vie actuellement, sache Dieu peut te sortir de là. Si Dieu ne peut pas être bloqué, et tu te laisses conduire par Lui, tu ne pourras pas non plus être bloqué. Regarde ce que 2 Samuel 22 :37 dit :
« Tu élargis le chemin sous mes pas, et mes pieds ne chancellent point. »
Ce qui nous effraye, c’est ce qui nous arrive, c’est ce que nous voyons, c’est ce que nous entendons. Ces rapports médicaux, ce problème au tribunal, tout c’à quoi tu fais face maintenant est ce qui t’effraye.
Lisons ces passages :
Psaumes 37 :7, la Bible nous dit :
« Garde le silence devant l’Éternel, et espère en lui; ne t’irrite pas contre celui qui réussit dans ses voies, contre l’homme qui vient à bout de ses mauvais desseins. »
Si tu es enfant de Dieu, garde le silence devant l’Eternel. Plusieurs vivent leur vie par rapport au monde, à la mode, ce qui se passe dans la vie des autres ne sachant pas comment est ce que ces autres personnes font pour avoir ce qu’ils ont.
Voyons maintenant Esaïe 30 :15, il est écrit :
« Car ainsi a parlé le Seigneur, l’Éternel, le Saint d’Israël: c’est dans la tranquillité et le repos que sera votre salut, c’est dans le calme et la confiance que sera votre force. Mais vous ne l’avez pas voulu! »
Le silence ?
L’absence de bruit. Le fait de se taire, de ne plus faire de bruit. Actions de ne pas exprimer sa pensée, oralement ou par écrit, fait de se taire.
Je sais que chacun de nous a une idée, une pensée par rapport à sa vie, par rapport à ce qu’il vit maintenant, mais le silence devant l’Eternel, ce de ne pas l’exprimer et de se plier à la pensée de Dieu.
Revenons dans Exode 14 pour finalement voir qu’est ce qui s’est passé afin de clôturer cette partie de notre enseignement.
Lisons du verset 13 au 19ème :
« Moïse répondit au peuple: Ne craignez rien, restez en place, et regardez la délivrance que l’Éternel va vous accorder en ce jour; car les Égyptiens que vous voyez aujourd’hui, vous ne les verrez plus jamais.
L’Éternel combattra pour vous; et vous, gardez le silence.
L’Éternel dit à Moïse: Pourquoi ces cris? Parle aux enfants d’Israël, et qu’ils marchent.
Toi, lève ta verge, étends ta main sur la mer, et fends-la; et les enfants d’Israël entreront au milieu de la mer à sec.
Et moi, je vais endurcir le cœur des Égyptiens, pour qu’ils y entrent après eux: et Pharaon et toute son armée, ses chars et ses cavaliers, feront éclater ma gloire.
Et les Égyptiens sauront que je suis l’Éternel, quand Pharaon, ses chars et ses cavaliers, auront fait éclater ma gloire.
L’ange de Dieu, qui allait devant le camp d’Israël, partit et alla derrière eux; et la colonne de nuée qui les précédait, partit et se tint derrière eux. »
Le silence est une célébration de l’Eternel aussi puissante que les chants et les louanges que Josaphat et tout Juda avaient offertes.
Pourquoi je dis cela, c’est parce que les deux ont produis les mêmes résultats avec des différentes procédures. Pour les enfants d’Israël, Dieu a engloutis tous leurs ennemis dans la mer rouge et pour les enfants de Juda, Dieu a mis une embûche qui a fait que les ennemis puissent se battre entre eux-mêmes et s’entretuer. Ces deux passages me montrent comment Dieu est spécialiste en surprises. Dieu surprend tes ennemis et toi en même temps. La chute de tes ennemis va les étonner vu leur nombre, leurs armes, leur forme. Apparemment tu peux ne pas voir tes ennemis, mais ils sont là. Le premier ennemi qui te combat, c’est le diable avec lui, tous les démons et avec les démons tous les agents occultes qui fourmillent dans le monde dans lequel nous vivons.
Mais, ce qui est vrai est que ce soit le diable et les démons, que ce soit toi et moi, nous sommes tous des créatures de Dieu. Quand tu ne sais que faire, garde silence, Dieu sait ce qu’Il va faire. Quand tu ne sais que dire, tais-toi et ne dis rien qui vient de toi-même, déclare seulement ce qui est écrit. Quand tu ne sais que penser, pense la parole de Dieu, laisse la parole de Dieu devenir l’objet de tes pensées, laisse Dieu te conduire, laisse Dieu te diriger.
Ne vois pas le nombre de tes ennemis, ne considère pas leur force, contemple la grandeur de ton Dieu, vois Dieu frayer un chemin pour toi dans la situation dans la quelle tu es maintenant. Vois Dieu t’accorder le désire de ton cœur. Vois Dieu te protéger. Vois Dieu te bénir. Vois Dieu te délivrer.
La louange de la semaine arrive.
Clique sur LA PRIERE POUR RECEVOIR JESUS-CHRIST si tu n’as pas encore donné ta vie à Jésus.
Que Dieu bénisse Sa Parole.
As-tu été béni ? N’hésite pas à commenter et surtout partager à tes contacts. Que Dieu te bénisse abondamment au nom de Jésus.

0 Comments

  1. Amen, amen, amen. Mon Dieu, je reconnais que toi tu ne peux jamais être bloqué, c’est pour cela je garde mon silence.

    Répondre
  2. Amen.

    Répondre
  3. amen

    Répondre
  4. Merci pasteur,je suis richement béni par l’enseignement du jour.Que le Seigneur vous bénisse.

    Répondre
  5. La gloire ,l’honneur, la puissance sont a toi Seigneur Dieu, Tout Puissant, au nom de Jésus. Merci de m’apprendre a garder le silence.Amen!

    Répondre
  6. Cette puissante parole a été mon arme : « Car ainsi a parlé le Seigneur, l’Éternel, le Saint d’Israël: c’est dans la tranquillité et le repos que sera votre salut, c’est dans le calme et la confiance que sera votre force. Mais vous ne l’avez pas voulu! » Dieu est bon et j’ai gagné une grande bataille. Merci Pasteur pour les profonds enseignements que Dieu soit loué
    Amen Amen Amen

    Répondre
  7. Alleluia alleluia alleluia alleluia alleluia gloire gloire gloire hosana hosana hosana au plus haut des cieux merci mon Pasteur tu m’a encore renouvelle quelque chose dans ma vie c’est comme si tu me connaissais Pasteur cette parole me regarde directement et je loue mon Dieu fini les lamentations jattend la réponse de mon Dieu en silence au nom de Jésus ameñnnnnnnn

    Répondre
  8. Imela imelaaah,
    Imela okaka, imela tshineke, imela iniomah
    Yo nzambe, yo nzambe,
    Yo nzambe na nguya
    Kumama kumama, kumama libelaaaah!
    Merci jesus! Bénie, bénie bénie!
    Que mon roi, le Dieu tout puissant, plus que les chars et commandants de pharaon… Vous bénisse!

    Répondre
  9. Merci pour cet enseignement.il me concerne directement.en tant qu’enfant d Dieu je n’ai pu faire confiance â mon père face aux problèmes de ma vie.MERCI PÈRE DE M’AVOIR EDIFIÉ

    Répondre
  10. AMEN AMEN AMEN JE SUIS BENIS AU NOM DE JESUS CHRIST

    Répondre
  11. Amen

    Répondre

Leave a Reply