Dieu peut vous donner la vraie considération

Shalom bien-aimé !

Cela fait plus d’une semaine que ce que je vais partager avec vous bouillonne dans mon cœur. Je crois du plus profond de mon cœur qu’une  personne pourra être édifiée. Alors, je vous prie de lire avec une attitude prière et de méditation.

Dans la première semaine de prière où nous prions pour notre vie, nous nous étions basés sur l’histoire de Jaebets. L’une de rares histoires de la Bible qui commence et se termine qu’avec deux versets. Jaebets, dans d’autres versions de la Bible Yabes, son histoire commence dans 1 Chroniques, le chapitre 4 au verset 9ème et se termine au verset 10ème

J’ai plusieurs fois partagé sur ces sujets, il y a même une exhortation et une prière sur le site sur base de l’histoire de Jaebets. Mais ici, je viens attirer notre attention juste sur un point que nous verrons ci-dessous.

Lisons le passage en question :

« Jaebets était plus considéré que ses frères; sa mère lui donna le nom de Jaebets, en disant: C’est parce que je l’ai enfanté avec douleur. Jaebets invoqua le Dieu d’Israël, en disant: Si tu me bénis et que tu étendes mes limites, si ta main est avec moi, et si tu me préserves du malheur, en sorte que je ne sois pas dans la souffrance!… Et Dieu accorda ce qu’il avait demandé. » 1 Chroniques 4 :9-10

Jaebets était plus considéré que ses frères

C’est l’introduction qui est la même dans presque toutes les versions Français courant, le Semeur etc. Il était plus considéré, plus honoré.

Le mot hébreu par lequel qui est traduit par « considéré » est « KABAD ». Il se prononce par « Kaw-bad ». C’est-à-dire : « être lourd, être pesant, être douloureux, être dur, être riche, être honorable, être glorieux, être onéreux, être honoré. »

Dans le sens qu’il est employé dans ce texte, c’est plus être honoré. Cependant, « KABAD » veut dire aussi douleur. C’est-à-dire qu’il était riche, honorable etc. selon les autres, mais le concerné lui-même était dans la douleur et la souffrance.

Considéré ou douloureux ?

Qu’est-ce que je cherche à dire ?

Chacun d’entre nous sait exactement ce qui se passe au-dedans de lui. Ce qu’il vit en réalité au-delà de ce qu’il montre aux autres. Nous pouvons être hypocrites, donner une apparence de ce que l’on n’est pas. Une personne qui sourit en public mais qui pleure en secret.

Alors, ceux qui nous voient de loin nous considèrent, nous honorent. Certains et même plusieurs veulent être à notre place. Cependant, en vérité, nous sommes dans la douleur, dans la honte, dans les pleurs, dans les regrets, l’amertume.

Comme conséquence, plusieurs meurent à petit feu tout simplement parce qu’ils veulent garder l’honneur du regard des autres. D’autres empruntes pour paraître, se font endetter, parce qu’ils veulent garder un certain standing.

Il ne faudrait pas laisser l’honneur, la considération, la gloire des autres vous tue. Parce que vous savez que vous n’êtes pas du tout heureux, en paix comme tous le pensent.

Cherchons la face de Dieu

Heureusement, Jaebets s’est décidé de chercher la face de Dieu dans la prière. Sachant qu’il n’était pas ce que les gens pensaient de lui, il voulait être vrai avec lui-même ainsi que les autres.  

Il était peut-être béni suivant les standards des hommes mais cela n’était pas rassurant. C’est ainsi qu’Il a invoqué le Dieu d’Israël pour implorer Sa bénédiction. N’est-il pas écrit que c’est la bénédiction de l’Eternel qui enrichit et ne se fait suivre d’aucun chagrin ? Toute autre bénédiction n’enrichit pas mais se fait suivre de beaucoup de chagrin.

Plusieurs personnes sont très considérées mais elles sont en même temps très douloureuses, ou encore souffrent parce que ce n’est pas la bénédiction de l’Eternel dont elles ont. Si la bénédiction de l’Eternel ne se fait suivre d’aucun chagrin, toute autre bénédiction qui n’est pas de l’Eternel se fait suivre de chagrin.

Dieu ne fait point d’acception de personne !

Revoyons la prière de Jaebets dans 1 Chroniques 4 :9 :

« Jaebets invoqua le Dieu d’Israël, en disant: Si tu me bénis et que tu étendes mes limites, si ta main est avec moi, et si tu me préserves du malheur, en sorte que je ne sois pas dans la souffrance!… »

Voyons aussi la version Français Courant:

« Yaebets invoqua le Dieu d’Israël en disant : « Si tu me bénis réellement et si tu agrandis mon territoire, si tu es avec moi, si tu éloignes de moi le malheur pour m’épargner de la souffrance… »

En d’autres termes,

En dépit de la considération des autres :

  • Jaebets lui-même ne se considérait pas béni. Vous avez, il y a bénédiction et bénédiction.
  • Il se sentait limité. Mais les autres ne voyaient pas cela. C’est la raison pour laquelle il demande à Dieu d’étendre ses limites.
  • Il n’était pas rassuré de la présence de Dieu. Il n’y a pas pire que manquait la présence de Dieu. Il est préférable même de tout manquer sauf la présence de Dieu. Voilà pourquoi il est crucial pour chaque personne de s’assurer de son salut éternel. Parce que tous ceux qui ne sont pas sauvés seront séparés de Dieu éternellement.
  • Il était tout temps dans le malheur. Il était malheureux ! Alors que les projets de Dieu pour nous sont des projets de paix et non de malheur pour nous donner un avenir et une espérance.
  • Il souffrait. Ce qui le faisait souffrir, les écritures ne le précise pas.

Mais lorsque ce dernier a invoqué Dieu. Il a été exaucé. Ce Dieu ne fait point d’acception de personne. Il est un Dieu fidèle et bon. Ne nous contentons pas de l’appréciation des autres alors que nous savons qu’en vérité ça ne va pas. Comme Jaebets, ouvrons nos cœurs à Dieu et demandons qu’Il change nos situations. Nous voulons de Sa bénédiction qui enrichit sans se faire suivre des chagrins.

Je pense que vous avez compris. Si vous avez des questions, merci de me les laisser en commentaires. Sinon, contactez-moi sur mon Whatsapp au +243826567399.

Que Dieu vous bénisse abondamment et qu’Il exauce vos prières au nom puissant de Jésus-Christ de Nazareth. Vous êtes béni, partagez afin de bénir aussi les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *