Le relâchement

Salutations et rappels

Bien-aimés, shalom !

J’espère que vous vous portez tous bien par la grâce abondante de notre cher tendre Père céleste. Mon cœur est rempli de reconnaissance pour la force que le Seigneur m’accorde de pouvoir édifier son peuple à travers ces séries d’exhortations. Quand le Seigneur inspire, je n’ai pas d’autres choix que d’écrire, de publier et partager dans le but d’édifier ne fit-ce qu’une personne quelque part.

Nous continuons avec notre sujet de depuis février : « Les raisons qui font que rien ne marche dans la vie des chrétiens. » Si c’est votre première fois de lire cette série, pour une bonne compréhension, je vous prie de lire d’abord la première partie (cliquez ici), la deuxième partie (cliquez ici) et la clôture des deux premières parties (cliquez ici).

Je vous prie de bien prendre le temps de lire car Dieu vous communiquera quelque chose de bénéfique pour votre vie. Cette année et cette décennie, les choses doivent vraiment marcher dans chacune de nos vies.

Avant d’aller plus loin, j’aimerai préciser ici que je m’adresse bien aux chrétiens, c’est-à-dire à l’Eglise Corps de Christ, aux hommes et femmes qui ont reçu Jésus-Christ comme leur Seigneur et Sauveur. Quelles sont les raisons qui font que les choses ne marchent pas dans nos vies chers frères et sœurs?

La troisième raison bouillonnait dans mon cœur, je l’ai appelé :

Le relâchement.

Par la grâce de Dieu, c’est depuis 2014 que j’enseigne sur internet à travers le site Foi, Espérance et Vie. Je suis entré en contact avec des milliers d’enfants de Dieu de par le monde. J’ai vu plusieurs personnes remportées de grandes victoires dans plusieurs domaines de leurs vies parce qu’elles étaient déterminées, persévérantes et obéissantes à Dieu. J’ai aussi vu des personnes qui ont eu de grosses pertes, de grosses défaites tout simplement à cause du manque de persistance.

Je prie vraiment que le Seigneur m’aide à communiquer ce point très important et qu’Il nous donne une bonne compréhension.

La vie chrétienne est pour toute « la vie »

La marche avec Dieu, c’est jusqu’à la fin. La vie chrétienne, c’est pour toute notre vie sur terre jusqu’à l’éternité. C’est ce que chacun d’entre nous devons savoir et garder fermement dans nos cœurs. La vie chrétienne n’est pas liée à une chose, à un problème, à un besoin ou encore juste à un défi que l’on veut relever. Le mal est que plusieurs viennent au Seigneur non pas parce qu’ils veulent vivre avec Lui, vivre pour Lui, marcher avec Lui et Le servir, mais c’est parce qu’ils veulent juste trouver la solution à un de leur problème. Et ensuite, si par chance, le problème est résolu, ils disent : « bye, bye à Dieu ! » J’ai déjà eu ce que je cherchais ? Qu’est-ce que j’ai encore à faire auprès de Dieu ? Nous oublions que la priorité n’est pas tout ce que nous pouvons avoir comme besoin mais plutôt  de chercher premièrement le royaume et la justice de Dieu. Le reste, a dit le Seigneur Jésus, nous sera donné par-dessus. (Matthieu 6 :33)

Les neuf autres, où sont-ils ?

Dans l’histoire des 10 lépreux, tous ont été guéris. Mais, comme tout ce dont ils avaient besoin était la guérison, ils sont partis sans se soucier de dire merci à celui qui les a guéris. Seul l’un d’entre eux est revenu sur ses pas enfin de remercier et de rendre gloire à Dieu à haute voix. L’une des choses qui attirent mon attention dans cette histoire est l’exclamation du Seigneur Jésus lorsqu’il posait la question de savoir si les neuf autres n’étaient pas guéris. (Luc 17 :17) Comment un seul revient pour rendre grâces à Dieu ? C’est tout simplement ce qui se passe parmi toutes les foules qui viennent à Dieu.

Ils se comportent encore aujourd’hui comme ces 9 lépreux qui partent lorsqu’ils sont bénis. La probabilité est qu’ils reviennent lorsqu’ils ont des soucis. Avant cela, ils vont faire le tour ailleurs, auprès d’autres hommes de Dieu pour voir s’ils vont trouver mieux ou pas.

Personnellement, j’ai vu les gens me contacter seulement quand rien ne marche. C’est la seule fois qu’ils vous contactent. Quand ils ont besoin quelque chose ! Comme j’ai un vieux téléphone, j’enregistre et garde tous les numéros des personnes qui me contactent. Je prends le soin de demander leurs noms et de les enregistrer. De fois, une personne qui t’avait contacté il y a trois ans, revient avec un nouveau problème, mais avec le cœur que Dieu nous a donné, nous nous rendons toujours disponibles. Elle s’étonne : « Tu as toujours mon numéro ! »

Notons, que la marche avec Dieu n’est pas juste pour la recherche d’une solution, d’une guérison, d’un mariage, d’un enfant, d’un emploi… c’est la marche de toute la vie avec Dieu d’ici-bas à l’éternité. C’est une erreur grave que de ne venir à Dieu que lorsque nous avons un problème. Cela crée une classe de chrétiens saisonniers. Mais quand nous oublions nos problèmes et nous décidons de faire confiance à Dieu et Le servir d’un cœur tout entier que Dieu nous surprend. Il n’est pas un homme pour mentir. S’il dit le reste nous sera donné par-dessus, il nous sera donné certainement !

Parlons de la persévérance !

Que nous disent les Saintes Ecritures ?

Le Seigneur Jésus nous dit dans Matthieu 24 :13 :

« Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. »

Pour ma part, la persévérance doit être durant toute notre marche chrétienne. Peu importe nos défis, nous devons toujours penser à notre éternité ! Nous devons tenir bon face à tout ce que nous rencontrons et rencontrerons sur cette terre vivant en ayant toujours une pensée pour l’éternité.

La destruction ne demande que peu de temps !

Je vais essayer de nous donner une illustration simple. Nous avons tous déjà entendu qu’il faut du temps pour bâtir quelque chose, mais il suffit juste d’un peu de temps pour tout détruire. Un immeuble construit pendant des années ou des mois peut être démoli en un seul jour.

Dans la Parole de Dieu, lorsque l’on parle de la maison, on fait allusion à la vie d’une personne. Nos vies sont comparées aux maisons. Nous sommes des maisons spirituelles. Et la construction de nos maisons, c’est-à-dire nos vies,  se fait par l’obéissance à Dieu, à Sa personne et par la persévérance dans cette obéissance.

Voici comment ça se passe :

A chaque fois que nous obéissons, nous construisons. Quand nous demeurons dans la foi, nous servons Dieu avec joie, nous persévérons dans la prière et dans les enseignements, nous construisons. Mais à chaque fois que nous commençons à nous lamenter, à murmurer, à nous plaindre, à nous relâcher, c’est alors que nous commençons à démolir nous-mêmes nos maisons. N’est-il pas écrit que la mort et la vie sont au pouvoir de la langue ? (Proverbes 18 :21) Ce n’est pas au pouvoir de satan, ni même de Dieu.

Je me rappelle une fois, j’avais dit que le diable nous tue par nous-mêmes. C’est-à-dire, il nous étrangle par nos propres mains, il nous maudit par nos propres bouches !!! Quand la femme de Job lui dit: « tu demeures fermes dans ton intégrité, insulte Dieu et meurs ! » (Job 2 :9) C’est là utiliser sa propre bouche afin de se donner la mort. C’est là arrêter l’œuvre de Dieu et commencer à démolir notre vie ! C’est là en fait, se suicider ! Heureusement pour Job, bien que ne sachant pas que c’était satan qui était derrière ses malheurs n’a rien attribué de mal à Dieu. Il a continué sa marche avec Dieu même s’il avait tout perdu, même s’il s’est retrouvé malade. En bref, il a continué à bâtir sa maison et a refusé de la démolir par les plaintes etc.

Dans la dimension spirituelle tout es continuel, tout est inter-lié. Je ne sais pas comment expliquer ça. C’est-à-dire que les choses ne sont pas toujours telles que nous les voyons physiquement. Le spirituel, l’invisible est éternel mais le visible est lié au temps. Il est écrit dans 2 Corinthiens 4 :18 :

« Parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles. »

L’exemple simple de Joseph

Lorsque ce dernier s’est retrouvé en prison, humainement parlant que dirons-nous ? N’est-ce pas qu’il a rétrogradé ? Cependant, cette rétrogradation constatée physiquement est une progression si l’on regarde avec les yeux spirituels. Maintenant, un chrétien qui aime Dieu ou qui sert Dieu seulement pour les biens matériels, pour le travail, pour le mariage etc. Il peut abandonner sa foi et être offensé par Dieu. Combien de fois n’avons-nous pas dit : « comment est-ce possible que Dieu puisse permettre ceci ou cela » ? Ou encore : « Où était Dieu lorsque ceci ou cela se passait ? » Du coup, nous oublions que c’est notre Dieu qui est le Maître des temps et des circonstances, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment de Dieu. (Daniel 2 :21 ; Romains 8 :28) Il y a certains versets, de fois, qui ne sont bons que lorsqu’ils s’appliquent dans la vie des autres. Ils deviennent amers lorsqu’ils viennent à s’appliquer dans nos propres vies.

Heureusement pour Joseph, même en prison, il est resté motivé ! Il était toujours souriant et disponible jusqu’à se soucier des humeurs des autres prisonniers. C’est ainsi qu’il a su qu’ils avaient fait des rêves et qu’ils étaient préoccupés. C’est là qu’il a semé pour l’accomplissement de sa destinée, la réalisation de ses rêves. C’est comme Ecclésiaste dit : « Celui qui observe les vents ne sèmera pas ! » (Ecclésiaste 11 :4)

C’est ainsi que plusieurs deviennent les obstacles de leurs propres vies, leurs propres sorciers. Souvent, nous accusons les autres, nous accusons nos circonstances, alors que les vrais problèmes, c’est nous-mêmes. Nous n’avons pas pu semer dans la vie des autres. Notre attention n’est tourné que sur nous-mêmes. Imaginons que Joseph était en deuil à cause de son travail de chez Potiphar qu’il avait perdu. Il serait concentré sur lui-même et ne verra même pas ce qui se passe autour de lui. C’est ce qui tue la destinée de plusieurs personnes. Elles se concentrent sur elles-mêmes !

Imaginons encore que Joseph n’avait pas pu interpréter le rêve des prisonniers du roi ? Ce n’est pas l’interprétation des rêves qui fait que ceux-ci se réalisent. C’est-à-dire que Joseph ait interprété ou pas les rêves de ces deux prisonniers,  ils allaient quand même se réaliser. Qui allait être perdant ? Lorsque le Pharaon allait rêver, l’échanson n’allait pas parler de Joseph, pourquoi parce que ce dernier avait raté l’opportunité de bâtir sa maison étant en prison.

Nos vies se bâtissent même avec nos problèmes !

Nos vies ne se bâtissent pas seulement quand tout va bien, même quand tout va mal aussi. Voyons-nous comment plusieurs ont compliqués leurs vies ? Voyez-vous combien plusieurs sont passés à côté de leurs destinées. Dites-moi, dans toutes ces choses, qui sont les sorciers ? Je dirai même où sont les sorciers, où est même satan ?

Les problèmes ne sont pas les arrêts de nos vies, les bénédictions non plus ! Nos vies n’ont pas d’arrêts ! Nos vies commencent en Dieu et finirons en Dieu. Nous ne devons pas tout arrêter parce que « les choses ne marchent pas ». Nous ne devons pas non plus tout arrêter parce que tout va bien pour nous.

Il est écrit dans Hébreux 6 :10-12 :
« Car Dieu n’est pas injuste, pour oublier votre travail et l’amour que vous avez montré pour son nom, ayant rendu et rendant encore des services aux saints. Nous désirons que chacun de vous montre le même zèle pour conserver jusqu’à la fin une pleine espérance, en sorte que vous ne vous relâchiez point, et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses. »

Regardons bien ce passage.

  • Dieu n’est pas injuste, pour oublier votre travail et l’amour que nous avons montré pour son nom. Comment avons-nous travaillé pour son nom ? Comment avons-nous montré l’amour pour son nom ?
  • Ayant rendu et rendant encore des services aux saints.  Nous travaillons pour Dieu et nous montrons notre amour pour Dieu en rendant service aux saints. Pas une seule fois ! C’est très clair : ayant rendu et rendant encore…

Plusieurs enfants de Dieu parlent de leurs vies au passé : « J’étais, je faisais… à l’époque… » Mais maintenant que faites-vous ?

A la fin, l’auteur dit que nous ne puissions pas nous relâcher ! C’est par la foi et la persévérance que nous allons hériter les promesses de Dieu.

Lisons Galates 6 :9-10, il est écrit :

« Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. Ainsi donc, pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi. »

J’aime comment la version le Semeur le dit :

« Faisons le bien sans nous laisser gagner par le découragement. Car, si nous ne relâchons pas, nos efforts, nous récolterons au bon moment. Ainsi donc, tant que nous en avons l’occasion, faisons du bien à tout le monde, et en premier lieu à ceux qui appartiennent à la famille des croyants. »

La recommandation est de faire le bien sans nous lasser, sans nous décourager. La promesse est qu’au temps convenable, au bon moment, nous allons moissonner.

La condition est de ne pas relâcher ! Hélas, voilà la 3ème raison qui fait que plusieurs ne voient pas les choses marcher dans leurs vies. Ils ne persévèrent pas. Ils n’ont jamais commencé et conduit quelque chose jusqu’à la fin. Ils se découragent toujours. Ils trouvent toujours des raisons pour arrêter ce qu’ils ont commencé. Par conséquent, quand le bon moment de la récompense arrive, ils ne sont pas récompensés parce qu’ils avaient arrêté de faire le bien depuis très longtemps. A très bientôt !

3 Thoughts to “Les raisons qui font que rien ne marche dans la vie des chrétiens – 4ème partie”

  1. Gnepa

    Dieu béni son serviteur pour l’amour du partage.Gloire soit rendue à Christ!

  2. Adhe kakesa

    Amen, que Dieu vous benisse encore et encore. Merci pour ces beaux et edifiant messages.

  3. Guy

    Soyez béni serviteur de l’éternel

Leave a Comment