Cher Saint-Esprit, je désire une nouvelle expérience avec Toi – 22ème partie: « Le Baptême du Saint-Esprit – suite b »

0
130

Mercredi 22 Avril 2015
Parole Prophétique de l’Année : Je suis l’Expression de la Grâce de Dieu
Cri du cœur d’Avril 2015 : O Père ! Remplis-moi de Ton Esprit-Saint
Série d’enseignements : «Cher Saint-Esprit, je désire une nouvelle expérience avec Toi – 22ème partie»
Sous-thème : « Le Baptême du Saint-Esprit – suite b»


 Dieu fixe de nouveau un jour :
Aujourd’hui, le Saint-Esprit me dit de te dire que sans Son baptême avec l’évidence de parler en langues, tu n’es pas encore un chrétien complet. Désire Son baptême. (Actes 2 :4)


Le signe du baptême du Saint-Esprit
Lorsqu’on est baptisé du Saint-Esprit, le seul signe que Dieu nous donne est celui de parler en langues. Il y a beaucoup de controverse sur le parler en langues, toutefois, nous nous en tenons à ce qui est écrit dans la parole de Dieu et à ce que nous avons aussi nous-mêmes expérimentés.
Après la nouvelle naissance, avoir reçu la parole de Dieu, cru au Seigneur Jésus-Christ et L’avoir reçu comme Seigneur et Sauveur, la chose qui suit normalement, c’est le baptême d’eau par immersion. C’est comme on appelait le baptême de la repentance. Par le baptême, la personne qui a cru à la parole de Dieu va démontrer publiquement que voilà, je choisis de suivre l’école du maître Jésus.
C’est d’ailleurs ce que le Seigneur Jésus avait recommandé.
Allons directement dans les écritures :
Marc 16 :16
« Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création.
Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. »
Dans ce passage nous pouvons clairement voir comment est ce que le salut d’une âme a lieu :
– La prédication de la bonne nouvelle à toute la création (après que la bonne nouvelle est annoncée, il y a de ceux qui croiront et ceux qui ne croiront pas)
– Pour tout celui qui croira, (après avoir écouté la prédication de la bonne nouvelle)
– Le baptême (après avoir cru)
– Le salut (après avoir cru et été baptisé)
– La condamnation (si on n’a pas cru)
Ici, je suis encore entrain de parler du baptême d’eau par immersion. Et juste après ce baptême, ce sera le baptême du Saint-Esprit qui suivra.
Cependant, il arrive de fois, où les gens reçoivent le baptême du Saint-Esprit juste après avoir écouter la parole de Dieu.
Il y a aussi, je ne sais pas si je peux les appeler les « fraudeurs », sorry pour le terme, qui se font baptiser sans pour autant avoir donné leurs vies à Jésus, comme il y a aussi de ceux qui ont donné vraiment leur vie à Jésus mais qui ne se sont jamais fait baptiser. Comme je disais hier, le baptême dont je suis entrain de parler, c’est le baptême par immersion et non pas par aspersion. Si tu as été baptisé par aspersion, c’est-à-dire que tu n’as pas encore reçu le vrai baptême.
Selon Marc 16 :16, nous voyons aussi que la condamnation vient lorsqu’on n’a pas cru à la parole de Dieu. Cela juste pour dire que croire est supérieur au baptême par immersion. Quelqu’un peut être sur le lit d’hôpital entrain de partir et se décide de se repentir, à cette personne, ce qui est plus important ce n’est pas le baptême, c’est d’abord croire de son cœur afin de recevoir son salut. C’est comme le brigand qui était à la croix de Jésus. Le Seigneur Jésus lui avait dit, aujourd’hui même, tu seras avec moi dans le paradis. (Luc 23 :43)
Tu remarques que pendant je suis en train de parler du baptême d’eau, je parle directement de celui du Saint-Esprit aussi, parce que souvent les deux se suivent, l’un après l’autre soit vice versa.
Le Seigneur Jésus-Christ a reçu son baptême du Saint-Esprit dès qu’Il a eu son baptême d’eau par immersion. La Bible nous dit que le Saint-Esprit était descendu sur lui sous forme d’une colombe et après il a été directement conduit dans le désert pour être tenté et pour commencer son ministère. (Luc 3 :21-23 ; 4 :1-13, 14-24)
Les disciples ont probablement été baptisés par Jean Baptiste. Ces passages peuvent nous le prouver :
Marc 1 :4-5, nous dit :
« Jean parut, baptisant dans le désert, et prêchant le baptême de repentance, pour la rémission des péchés.
Tout le pays de Judée et tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui; et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans le fleuve du Jourdain. »
Luc 7 :29-30, la Bible nous dit :
« Et tout le peuple qui l’a entendu et même les publicains ont justifié Dieu, en se faisant baptiser du baptême de Jean;
mais les pharisiens et les docteurs de la loi, en ne se faisant pas baptiser par lui, ont rendu nul à leur égard le dessein de Dieu. »
A part les pharisiens et les docteurs de la loi qui ne se faisaient pas baptisés. Mais tout le pays de Judée, tous les habitants de Jérusalem et même les publicains se faisaient tous baptisés. C’est sûr que les disciples du Seigneur aussi étaient parmi ceux qui s’étaient baptisés.
Revenons à notre sujet, le signe du baptême du Saint-Esprit
Quel est le signe extérieur du baptême du Saint-Esprit ?
Le signe extérieur du baptême du Saint-Esprit est le parler en langues.
Nous pouvons voir cela dans plusieurs passages en commençant par le jour même de la pentecôte, dans Actes 2 :4 :
« Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. »
Allons-y mot à mot :
– Ils furent…tous (cela n’est pas réservé à un groupe d’initiés ou de « plus » saints)
– Remplis du Saint-Esprit…(la conséquence de cette plenitude…)
– Ils se mirent à parler en d’autres langues…
– Selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer…
Rien que dans ces passages nous avons vus quatre points concernant le baptême du Saint-Esprit :
1. Ce baptême peut être accordé à tout enfant de Dieu sans exception. Qu’il soit homme ou femme, petit ou grand, jeune ou vieux, tout celui qui a reçu Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur est qualifié pour recevoir le baptême du Saint-Esprit.
2. Ce baptême est synonyme de la plénitude du Saint-Esprit. C’est-à-dire que l’on ne peut pas parler du baptême sans parler de la plénitude. Comme on disait être plongé dans le Saint-Esprit.
3. Le signe extérieur de ce baptême n’est qu’un seul, le parler en langues. Si tu ne parles pas encore en langues, c’est-à-dire que tu n’es pas encore baptisé du Saint-Esprit. Que personne ne te trompe.
4. C’est le Saint-Esprit qui donne les langues que chacun doit s’exprimer.
C’est comme la Bible dit dans le Psaume 81 :11 :
« Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait monter du pays d’Égypte; ouvre ta bouche, et je la remplirai. »
Notre rôle c’est seulement d’y croire et d’ouvrir la bouche. La raison pour laquelle plusieurs personnes ne reçoivent pas le baptême du Saint-Esprit avec l’évidence de parler en langues est qu’elles ne croient pas en cela, certaines croient que cela est réservé à seulement un groupe de personnes, que c’est pour les serviteurs de Dieu, les pasteurs, les évangélistes etc.
Il est question des langues. Lorsque nous naissons de nouveau, nous naissons dans un autre royaume et l’un des caractéristiques d’un royaume, c’est leur langue. Il n’y a pas de peuples sans langues. En tant qu’enfant du royaume des cieux, Dieu nous donne une langue afin que nous puissions communiquer avec notre patrie. La Bible dit que nous sommes ambassadeurs pour Christ sur la terre, mais notre pays est le ciel. Ici, sur terre, nous avons besoin de communiquer avec le ciel et c’est important de le faire avec une langue qui ne sera pas décodée par tout le monde.
La procédure pour recevoir le baptême du Saint-Esprit n’a pas changé depuis la pentecôte jusqu’aujourd’hui.
Voyons comment cela s’est passé auprès d’autres personnes à part le jour de la pentecôte.
a) Chez Corneille
Le chef de la cohorte italienne, a été le premier des païens à recevoir le don du Saint-Esprit comme nous l’avions vu dans la partie précédente.
Lisons cela dans Actes 10 :44-48
« Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole.
Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les païens.
Car ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu.
Alors Pierre dit: Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous?
Et il ordonna qu’ils fussent baptisés au nom du Seigneur. Sur quoi ils le prièrent de rester quelques jours auprès d’eux. »
Pierre prêchait la parole aux païens et avant même qu’il ne termine, pendant qu’il parlait encore, le Saint-Esprit est descendu sur tous ceux qui écoutaient la parole de Dieu. Certainement qu’ils croyaient à cette parole qu’ils écoutaient. Et à l’étonnement des juifs, ou des fidèles circoncis ils commençaient eux aussi à parler en langues et glorifier Dieu.
Relevons quelque chose ici qu’on a mentionné ci-haut, par rapport à quel baptême recevoir le premier ou le second. Normalement, on commence par le baptême d’eau après avoir reçu la parole de Dieu. Cependant ici, nous nous rendons compte qu’ils ont eu le baptême du Saint-Esprit avec l’évidence de parler en langues avant même de recevoir le baptême d’eau.
Bien qu’ils aient reçu le baptême du Saint-Esprit, au verset 47, Pierre a posé la question de savoir si on pouvait leur refuser le baptême d’eau vu qu’ils ont déjà reçu le baptême du Saint-Esprit ? Et au verset 48, il a ordonné qu’on les baptise au nom de Jésus.
b) Paul à Ephèse
La réponse de ces disciples d’Ephèse, à la question de savoir s’ils étaient baptisés du Saint-Esprit est très grave. Ils avaient reçu la parole de Dieu, ils ont cru à la parole de Dieu, ils ont reçu Jésus comme Seigneur et Sauveur, cependant, ils ne savaient même pas qu’il existait un Saint-Esprit. Ils n’en avaient même pas entendu parler. Pour ceux qui n’ont même pas encore entendu parler du Saint-Esprit, comme entendront-ils parler de « langues nouvelles ? »
Lisons cela dans Actes 19 :1-6 :
« Pendant qu’Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l’Asie, arriva à Éphèse. Ayant rencontré quelques disciples, il leur dit:
Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru? Ils lui répondirent: Nous n’avons pas même entendu dire qu’il y ait un Saint-Esprit.
Il dit: De quel baptême avez-vous donc été baptisés? Et ils répondirent: Du baptême de Jean.
Alors Paul dit: Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c’est-à-dire, en Jésus.
Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus.
Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient. »
Dans Actes 8 :14-17, aussi, les disciples apprirent que la Samarie avait reçu la parole de Dieu et on y envoya Pierre et Jean qui sont allés prier pour eux afin qu’ils reçoivent le Saint-Esprit.
Il suffit de voir comment le ciel est la terre est impliquée dans cette affaire pour nous rendre compte de l’importance du baptême du Saint-Esprit. On ne pouvait pas permettre ou laisser les gens qui ont reçu la parole de Dieu rester sans le Saint-Esprit. C’est comme aujourd’hui, si tu voyages dans un pays étranger, surtout pour y résider, l’une des premières choses que l’on fait, c’est apprendre la langue du pays d’accueil. Surtout ceux de nos bien-aimés qui partent pour les Etats-Unis ou le Canada. Sans la langue l’intégration est difficile.
C’est la même chose aussi avec le royaume de Dieu. Sans les langues, il sera difficile de communiquer avec le ciel, de communiquer avec Dieu, de communiquer avec les anges…c’est vrai que Dieu comprend toutes les langues de ce monde, il en est même l’auteur, lorsque les hommes décidèrent de se bâtir leur propre royaume, de se faire leur propre nom, ils avaient un même langage jusqu’à ce que Dieu intervint lui-même pour les disperser en confondant leur langage. (Genèse 11 :1-9)
Les langues sont les dialectes du ciel, les langues officielles du royaume des cieux, c’est l’identité des peuples de Dieu, elles montrent notre appartenance à notre patrie le ciel. C’est rare de trouver une personne qui ne connaisse pas sa langue natale, même si elle est née à l’étranger, ses parents vont s’assurer qu’elle apprenne toujours leur langue maternelle. Même si elle ne va pas bien la parler au moins elle peut se débrouiller et surtout, elle peut comprendre.
(A suivre…)
Nous soutenir