3ème Partie: Le combat contre les convoitises

4
65

Nombre 11:4-35


 
 Bien-aimé dans le Seigneur, que la paix, la joie et la grâce enrichissante et abondante de Dieu vous soient multipliées alors que vous lisez cette partie de notre enseignement au nom puissant de Jésus.
Je rends grâce à Dieu pour l’impact de Sa parole dans la vie de plusieurs d’entre nous. Durant ce mois de Mars, je prie que nous puissions récupérer tout ce que l’ennemi nous avait volé, que nous puissions être armé afin de tenir bon et toujours être prêts pour les différents combats de la vie auxquels nous ferons face.
Cependant, pour bien combattre, nous avons besoin de nous entraîner. Le travail sur soi-même, combattre contre nous-mêmes, lorsque nous en parlons, nous faisons tout simplement allusion aux entraînements.
Que nous soyons entraînés à surmonter les inquiétudes, les occasions de chutes, les convoitises de la vie, tout ce qui peut nous fragiliser face à l’ennemi et à combattre. Tout cela n’est possible que par la Parole de Dieu. La Bible dit : « ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et de la parole de leur témoignage… » Apocalypse 12 :11a
David disait :
« Béni soit l’Éternel, mon rocher, qui exerce mes mains au combat, mes doigts à la bataille » Psaumes 144 :1
Commençons par définir notre mot clé de cette partie : « Convoitise » ??
La convoitise, c’est un désir immodéré, déréglé. Et convoiter veut dire, désirer avidement ce qu’un autre possède.
Nous ne devons convoiter ni nos frères dans le Seigneur, ni les païens
Dieu nous interdit strictement de convoiter. Il cite même toutes les choses que nous ne devons pas convoiter.
Nous pouvons voir cela dans les passages ci-dessous :
« Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain. » Exode 20 :17 ; Deutéronome 5 :21
« Vous brûlerez au feu les images taillées de leurs dieux. Tu ne convoiteras point et tu ne prendras point pour toi l’argent et l’or qui sont sur elles, de peur que ces choses ne te deviennent un piège; car elles sont en abomination à l’Éternel, ton Dieu. » Deutéronome 7 :25
Dans Exode 20 et Deutéronome 5, c’est le même commandement que Dieu a répété. Mais dans Deutéronome 7, c’est dans une autre dimension, ce n’est plus convoiter ce qui est à notre prochain, mais ce qui est à nos ennemis. C’est-à-dire que Dieu nous interdit de convoiter ce qui appartient à nos prochains, nos frères et sœurs qui sont dans le même royaume que nous et aussi ce qui appartient à nos ennemis.
Je me rappelle d’une de mes sœurs que j’aime beaucoup, qui était défiée par rapport à sa vie, avait besoin d’un emploi pour s’occuper de sa maison et de sa mère qui vivait avec elle mais n’en trouvait pas. A cause de cela, elle avait commencé à me raconter comment une dame qui était dans la franc-maçonnerie l’invitait à rejoindre leur loge afin que les choses aillent bien pour elle. Elle a commencé à me raconter comment la dame en question menait une bonne vie, était véhiculée et elle commençait à désirer cela. Ceci c’est la deuxième dimension de la convoitise. Tout ce qui est de l’occultisme, de la magie est un piège et est en abomination à l’Eternel Dieu. Plusieurs enfants de Dieu sont tentés lorsqu’ils regardent la vie des païens. Dieu nous demande de ne pas convoiter.
La convoitise est très mortelle et est un piège
Comme nous avons vu dans la définition, la convoitise a à voir avec tout ce que nous pouvons désirer dans notre vie. Nous devons donc faire attention à nos désires.
Il y a quelque chose de très triste qui s’est passé dans le livre de Nombre 11, pendant que les enfants d’Israël étaient dans le désert. Ces derniers ont commencé à pleurer pour ce qu’ils mangeaient en Egypte.
Lisons cela :
« Le ramassis de gens qui se trouvaient au milieu d’Israël fut saisi de convoitise; et même les enfants d’Israël recommencèrent à pleurer et dirent: Qui nous donnera de la viande à manger?
Nous nous souvenons des poissons que nous mangions en Égypte, et qui ne nous coûtaient rien, des concombres, des melons, des poireaux, des oignons et des aulx.
Maintenant, notre âme est desséchée: plus rien! Nos yeux ne voient que de la manne. » Nombre 11 :4-6
Qu’est ce qui a causé ces pleurs ? C’est la convoitise, le désire de manger ce qui n’était pas disponible alors qu’ils allaient vers le pays de la promesse. Lorsque Dieu nous fait la promesse, nous devons faire très attention à notre comportement pendant que nous attendons son accomplissement. Lorsque dans votre situation, dans votre désert, vous commencez à demander tout ce que l’on ne peut pas trouver dans le désert, c’est une façon de tenter Dieu. Les poissons d’Egypte, les concombres, les melons, les poireaux, les oignons etc. il y en a dans le pays dans lequel Dieu vous conduit. Pour l’instant, vous devez vous contenter de la manne que Dieu vous donne.
En quelque sorte, les enfants d’Israël se disaient, comme cela nous arrive aussi :
« Ah, si seulement je pouvais avoir du poisson à la place de cette manne ? 
Avec ce soleil, un bon verre de vin comme dans le beau vieux temps lorsque j’étais encore dans le monde ?
A l’époque, je pouvais aller passer mes vacances en Haïti, en Guadeloupe, à Las Vegas…mais depuis que j’ai donné ma vie à Jésus, plus rien ne marche. »
Nous devons faire très attention à ces genres de propos, à ces genres de désires que Dieu n’accordent pas mais réprime très sévèrement. Il faut voir de quelle manière ils pleuraient en plus ? Ils se disaient : « Qui nous donnera la viande à manger ? » Est-ce que Dieu n’était-Il pas capable de leur en donner même dans le désert ? Bien sûr qu’Il en était capable. Mais était-ce une bonne manière de demander à Dieu ? Indirectement ou à vrai dire, ils étaient en train de murmurer et de se plaindre.
Oh comme l’homme a une courte mémoire ! A peine, au début de ce chapitre, la Bible nous parle de leurs murmures qui avaient allumé le feu de l’Eternel et enflammé l’extrémité du camp.
Que voulons-nous dire ? Si nous ne faisons pas attention, dans nos besoins, au lieu d’attirer la miséricorde de Dieu, nous attiserons la colère. De fois, lorsque les choses se compliquent dans nos vies, nous devons bien nous examiner. De quelle manière prions-nous, demandons-nous les choses à Dieu, quel est le langage que nous employons ? Que disons-nous au fond de notre cœur ?
Gloire à Dieu pour cet enseignement et surtout pour la saison de la grâce qui fait que nous ne soyons pas détruits directement. Ce qui me pousse à dire que la grâce de Dieu est le ralentisseur de la colère de Dieu. Les choses qui tuaient les autres d’un coup, nous tue à petit feu si nous ne nous en repentons pas définitivement. La grâce nous accorde le temps de nous repentir pourvu que nous ne puissions mourir dans le péché.
La main de l’Eternel n’est pas courte !
Ceci est juste une parenthèse, mais je pense que c’est très important pour nous. Dieu peut tout pour nous Ses enfants. Seulement, sachons qu’Il fait toute chose bonne en son temps. Ecclésiaste 3 :11 Nous ne devons pas précipiter les choses, bruler les étapes etc. Lorsque les enfants d’Israël ont demandé la viande dans le désert, Dieu pour les prouver qu’Il est Dieu dit à Moïse qu’Il leur en donnera et qu’ils en mangeront non pas un jour, ni deux jours, ni cinq jours, ni dix jours, ni vingt jours, mais un mois entier jusqu’à cela leur sorte par la narine. Dans ce passage, l’Eternel Dieu se fâche et parle de punir les enfants d’Israël dans Sa colère. Toutefois, c’est vrai qu’Il est capable de nous donner tout ce dont nous avons besoin, tout ce que nous cherchons mais à condition que nous sachions bien demander sans murmurer. David dit :
« Car l’Éternel Dieu est un soleil et un bouclier, l’Éternel donne la grâce et la gloire, Il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l’intégrité. » Psaume 84 :12
Voyons maintenant la réaction de Moïse:
« Moïse dit: Six cent mille hommes de pied forment le peuple au milieu duquel je suis, et tu dis: Je leur donnerai de la viande, et ils en mangeront un mois entier!
Égorgera-t-on pour eux des brebis et des bœufs, en sorte qu’ils en aient assez? Ou rassemblera-t-on pour eux tous les poissons de la mer, en sorte qu’ils en aient assez?» Nombre 11 :21-22
Que la pensée de l’homme est limitée ! Alors que Moïse se faisait des calculs du nombre de brebis et des bœufs à égorger pour nourrir plus de six cent mille hommes de pieds, Dieu savait ce qu’Il disait et comment Il allait le faire. Mettons nos calculettes de côté lorsqu’il s’agit de l’accomplissement de la promesse, de la parole de Dieu.
Et la réponse de Dieu :
« L’Éternel répondit à Moïse: La main de l’Éternel serait-elle trop courte? Tu verras maintenant si ce que je t’ai dit arrivera ou non. » Nombre 11 :23
Nous n’avons pas besoin de regretter l’Egypte, le monde dans lequel nous vivions avant que le Seigneur nous délivre. Peu importe ce que nous avions à l’époque où nous étions dans le monde, ce que nous avons besoin présentement est meilleur et plus important que tout cela. Parce qu’avant, nous étions morts, nous n’avions pas Dieu, mais maintenant, nous avons Dieu avec nous, nous avons Sa vie en nous et nous n’avons rien à regretter.
Comme conséquence, si nous lisons ce qui s’est passé à la fin :
« Comme la chair était encore entre leurs dents sans être mâchée, la colère de l’Éternel s’enflamma contre le peuple, et l’Éternel frappa le peuple d’une très grande plaie.
On donna à ce lieu le nom de Kibroth-Hattaava, parce qu’on y enterra le peuple que la convoitise avait saisi.
De Kibroth-Hattaava le peuple partit pour Hatséroth, et il s’arrêta à Hatséroth. » Nombre 11 :33-35
Qu’est ce qui ce qui se passe lorsque nous convoitons ?
La première chose qui arrive lorsque nous convoitons est que nous commençons à murmurer, à regretter, à nous lamenter sur notre sort, à pleurer sur notre situation non pas de manière à invoquer Dieu afin qu’Il nous donne ce dont nous avons besoin mais :

  • Nous comparons ce que Dieu nous donne maintenant à ce que nous avions lorsque nous étions dans le monde. 5
  • Nous pensons que Dieu ne peut pas nous donner mieux que ce que nous avions dans le monde. 5
  • Nous croyons que ce que nous avions dans le monde est meilleur que ce que Dieu nous donne maintenant. 6
  • Nous enflammons la colère de Dieu. 10
  • Nous attristons les serviteurs de Dieu. 11
  • Nous rejetons tout simplement l’Eternel qui est au milieu de nous. 20
  • Nous reprochons à Dieu le fait de nous avoir sortis d’Egypte. 20

Comme je l’ai répété et je vais encore continuer à le répéter durant notre enseignement, nous ne voyons l’ennemi être mentionné nulle part. C’est-à-dire que notre bien être est beaucoup plus lié à notre attitude envers Dieu, à notre conduite qu’à la puissance ou l’influence de l’ennemi sur notre vie. C’est-à-dire que si nous pouvons surmonter les inquiétudes, les occasions de chute et les convoitises, nous serons en bon terme avec Dieu et aucun malheur ne nous arrivera.
Un point important à noter
Avant de clôturer, notons que nous devons faire attention à notre compagnie, à ce que nous entendons les autres dire et à ce que nous voyons les autres faire. Car, les enfants d’Israël, avant de commencer à pleurer étaient premièrement influencés par les gens qui étaient sortis d’Egypte avec eux.
La Bible nous dit :
« Le ramassis de gens qui se trouvaient au milieu d’Israël fut saisi de convoitise; et même les enfants d’Israël recommencèrent à pleurer et dirent: Qui nous donnera de la viande à manger? » Nombre 11 :4
Paul dit :
« Ne vous y trompez pas: les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs.
Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable, et ne péchez point; car quelques-uns ne connaissent pas Dieu, je le dis à votre honte. » 1 Corinthiens 15 :33-34
Lorsque nous marchons avec Dieu, nous devons nous attacher à Lui et Lui seul, aux promesses qu’Il nous a faites peu importe ce qui se passe dans la vie des autres et dans la nôtre. Nous ne devons pas nous laisser influencer par ce qui se passe dans la vie des autres. Attachons-nous à notre Dieu et faisons Lui confiance. Même si nous n’avons pas ce que nous avions dans le passé, ce que les autres ont, même si nous ne sommes pas encore arrivés là où Dieu nous conduit. Ce qui est sûr est que l’essentiel au moins, ce dont nous avons besoin pour notre survie, Dieu ne manquera pas de nous les accorder…La Bonne Nouvelle est que le Seigneur Jésus est venu afin que nous ayons la vie et que nous soyons dans l’abondance. Jean 10 :10b
(A suivre…)
Prière pour recevoir Jésus en audio et instructions.


 
Devenez un Bon Dispensateur de Foi, Espérance et Vie et ensemble enseignons la justice à la multitude afin que nous puissions briller pour les étoiles à toujours et à perpétuité. Etes-vous intéressé? Cliquez ici pour souscrire et que Dieu vous bénisse au nom puissant de Jésus.

4 Commentaires