Les deux joies et les deux tristesses (suite a)

0
94

Bien-aimés, bonjour !
Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence vous soit multipliée ce jour dans le glorieux nom de notre Seigneur Jésus-Christ de Nazareth qui revient bientôt. Hier, nous avions commencé Les deux joies et les deux tristesses. Je vous signale que je suis juste en train de donner l’essentiel car en ce qui concerne la joie, nous pouvons écrire des livres et des livres. Je pense que vous étiez édifié par la première partie : « La joie éphémère ». Il est très important de connaître ces choses car l’ignorance est l’une des armes les plus puissantes de notre adversaire le diable.

Dans cette suite, nous parlons de :

La Joie éternelle.

Comme son nom le dit, cette joie ne dure pas un instant, elle n’est pas éphémère mais plutôt éternelle. Elle découle de la vie éternelle que nous recevons de Dieu. Elle n’est pas seulement éternelle parce qu’elle dire longtemps, mais éternelle parce qu’elle émane du Dieu Eternel. C’est en fait,sa joie qui nous est donnée. Nous la recevons le jour de notre salut. Il est anormal, je dirai impossible pour un enfant de Dieu de manquer la joie. Tout enfant de Dieu qui se laisse abattre par les circonstances de la vie le veut lui-même. Un enfant qui s’embourbe dans les soucis de la vie est un choix qu’il fait et cela n’engage que lui-même y compris les conséquences.

La joie éternelle est ineffable, inexprimable, indescriptible, étonnante, inénarrable, indicible. Certaines versions de la joie merveilleuse, la joie glorieuse, c’est la joie de Dieu.

Elles abondent dans la présence de Dieu

David dit dans le Psaume 16 : 11 :
« Tu me feras connaître le sentier de la vie ; il y a d’abondantes joies devant ta face, des délices éternelles à ta droite. »

Cette joie, nous la trouvons dans la présence de Dieu. David en son temps a encore dit : « Je suis dans la joie quand on me dit: Allons à la maison de l’Eternel ! » Psaume 122 :1 Et nous, nous sommes encore plus privilégiés parce que nous n’avons pas besoin d’aller où que ce soit pour avoir cette joie. Le Saint-Esprit de Dieu en nous nous remplit de cette joie. Bien que nous l’ayons en nous, elles abondent encore lorsque nous allons dans la présence de Dieu. C’est-à-dire, lorsque nous sommes ensemble pour célébrer Dieu. Elle n’est pas comme la joie éphémère. Elle est là même dans nous avons des problèmes car elle ne nous appartient pas, elle est la joie du Saint-Esprit. L’apôtre Paul nous le confirme dans 1Thessaloniciens 1 :6 :

« Et vous-mêmes, vous avez été mes imitateurs et ceux du Seigneur, en recevant la parole au milieu de beaucoup de tribulations, avec la joie du Saint Esprit. »

La présence du Saint-Esprit en nous fait abonder la joie de Dieu en nous.

Elle est même le royaume de Dieu

La joie éternelle est même l’un des éléments clés du royaume de Dieu. Elle prouve que nous ne sommes pas gouvernés par ce monde méchant et pervers. Elle nous rassure que nous sommes différents.

Il est écrit dans Romains 14 :17 :
« Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit. »

La vraie joie, la joie du salut, une joie ineffable et glorieuse

J’aime beaucoup ce passage de 1 Pierre 1 :3-9, que nous invite tous à lire et méditer :
« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux, à vous qui, parla puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps! C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, voussoyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu), ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur,lorsque Jésus-Christ apparaîtra, lui que vous aimez sans l’avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d’une joie ineffable et glorieuse, parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi. »

A cause de l’espérance vivante que nous avons en Christ Jésus par sa résurrection d’entre les morts, nous ne pouvons qu’être joyeux. Il suffit de penser à cet héritage qui ne peut pas se corrompre, ni se souiller ou flétrir, nous ne pouvons qu’être joyeux.

Les épreuves ne sont que pour un temps !

Les épreuves, les difficultés de la vie ne doivent pas voler cette joie. Elles doivent plutôt nous aider à devenir plus forts et affermis par notre foi en Jésus-Christ. Je l’ai toujours rappelé et Pierre l’a si bien dit ici comme me le répétait mon Père dans la foi :« L’or ne choisit pas le feu par lequel il passa. » Les épreuves sont passagères et non éternelles. Toute épreuve a sa date d’expiration. Il suffit que nous soyons obéissants.

La joie a encouragé le Seigneur Jésus !

Nous ne sommes pas les seuls à passer par des moments difficiles, à être angoissés. Seulement, nous devons regarder au-delà de ces angoisses. Qu’est ce qui est après ? Qu’allez-vous recevoir après ces moments d’épreuves ? Voyons le secret du Seigneur Jésus dans Hébreux 12:2:

« Ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. »

Voyons-nous ? Elle a regardé au-delà de la croix, au-delà de la souffrance. Il y a une joie qui lui a été réservée. La même joie nous est aussi réservée. Alors, regardons au-delà de l’ignominie, au-delà des persécutions, au-delà du manque etc.

Deux choses peuvent voler notre joie :

Les épreuves et le malheur font parties des choses qui peuvent nous voler notre joie. Cependant, Dieu nous donne la force de sortir de nos épreuves, nous délivre du malheur ou encore ne permet même par que le malheur nous atteigne.David dit : « Le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie. » C’est-à-dire que si le bonheur m’accompagne tous les jours, il n’y aura pas un seul jour où le malheur pourra m’accompagner. C’est ainsi que l’apôtre Paul nous apprend que toutes choses concourent à notre bien. En quelque sortes, que nous devons nous réjouir peu importe ce qui peut nous arriver.

Etes-vous passé par les épreuves et avez-vous vécus trop des situations malheureuses ? Peut-être à cause de l’ignorance ou du fait que vous étiez encore dans le monde ? Dieu est le Dieu de la restauration. Il est capable de vous restaurer en termes de joie tous vos jours d’épreuves et toutes vos années de malheur.

Ecoutons ce que le Psalmiste nous dit dans le Psaume 90:15 :        
« Rends-nous en jours de joie les jours de nos épreuves, et en années de joie nos années de malheur ! »

Comment faire pour toujours garder Sa joie ?

Tournez toujours les regards vers Dieu

« Quand on tourne vers lui les regards, on est rayonnant de joie, Et le visage ne se couvre pas de honte. » Psaume 34 :6

Nous perdons et continuerons à perdre notre joie tant que nous regarderons à nos situations, à ce qui se passent autour de tout. Le diable a tout organisé de sort à voler notre joie. Une personne malade qui regarde aux symptômes peut-être piégée par le diable, vivre comme malade bien qu’elle ne soit pas du tout malade. Pourquoi ? Ses yeux ne sont pas tournés vers Dieu. Nous tournons nos yeux vers Dieu parce que c’est Lui qui pardonne toutes nos iniquités. Les condamnations volent notre joie. Mais en Christ, il n’y a plus aucune condamnation.

Soyez toujours remplis du Saint-Esprit

Comme nous l’avons vu tout haut, notre joie vient du Saint-Esprit. Le Saint-Esprit produit la joie en nous. L’une de façon dont la plénitude du Saint-Esprit se manifeste en nous est la joie. Nous connaissons Galates 5 :22-23 :

 « Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; la loi n’est pas contre ces choses. »

Il est impossible d’être rempli du Saint-Esprit et manquer la joie. A moins que vous ayez un faux Saint-Esprit ou encore que vous puissiez vous-même être incrédule.