Exhortation: N’attend pas les mauvais jours !

3
75

L’on ne peut voir la valeur d’une chose que lorsque nous la manquons. La valeur de la vie, du souffle que nous avons aujourd’hui sera plus véritable que si un jour l’on se retrouve dans un hôpital en train d’être réanimé, en train de chercher un masque d’oxygène alors qu’il y a juste peu de temps que l’on respirait normalement…n’attendons pas ces moments d’urgence pour chercher la prière, pour chercher les hommes de Dieu…au chevet du lit d’hôpital avant de rendre l’âme…ou pire encore si brusquement, sans même tomber malade, nous nous retrouvons dans la présence de Dieu, devant Son trône culpabilisés de ne pas avoir fait ce qu’Il nous avait demandé de faire de notre vivant, ou encore d’avoir vécus loin de Lui, dans le péché et dans la désobéissance. C’est alors que nous aurons l’envie de revenir, que l’on accorde une seconde chance mais il sera trop tard car il est écrit :
« Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement » Hébreux 9 :27
Alors que nous sommes encore en vie, que nous sommes en bonne santé, que nous sommes encore jeunes, que nous sommes encore forts, que nos affaires marchent, que nous évoluons dans nos carrières, nos ministères, nous devons reconnaître le Seigneur notre Dieu, Celui qui nous a formés, qui nous a créés et qui nous donne le souffle de vie chaque jour.
Voila pourquoi Salomon disait :
« Jeune homme, réjouis-toi dans ta jeunesse, livre ton cœur à la joie pendant les jours de ta jeunesse, marche dans les voies de ton cœur et selon les regards de tes yeux; mais sache que pour tout cela Dieu t’appellera en jugement.
Bannis de ton cœur le chagrin, et éloigne le mal de ton corps; car la jeunesse et l’aurore sont vanité.
Mais souviens-toi de ton créateur pendant les jours de ta jeunesse, avant que les jours mauvais arrivent et que les années s’approchent où tu diras: Je n’y prends point de plaisir» Ecclésiaste 12 :1-4
C’est pendant les jours de notre jeunesse que nous devons nous souvenir de notre Créateur. Pourquoi ? Parce que les mauvais jours finiront toujours par arriver. Les jours de la maladie incurable, de la pauvreté, des échecs, de la vieillesse, de rejets, d’abandon, de la solitude, et le jour même de la mort…
Le riche de l’histoire du pauvre Lazare plaidait auprès du père Abraham d’envoyer des gens dirent aux membres de sa famille de ne pas venir là où il s’est retrouvé après sa mort. Bien qu’il fût riche sur terre, il ne trouva pas de place au ciel.
Lisons ce long texte :
« Il y avait un homme riche, qui était vêtu de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour menait joyeuse et brillante vie.
Un pauvre, nommé Lazare, était couché à sa porte, couvert d’ulcères,
et désireux de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche; et même les chiens venaient encore lécher ses ulcères.
Le pauvre mourut, et il fut porté par les anges dans le sein d’Abraham. Le riche mourut aussi, et il fut enseveli.
Dans le séjour des morts, il leva les yeux; et, tandis qu’il était en proie aux tourments, il vit de loin Abraham, et Lazare dans son sein.
Il s’écria: Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau et me rafraîchisse la langue; car je souffre cruellement dans cette flamme.
Abraham répondit: Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne; maintenant il est ici consolé, et toi, tu souffres.
D’ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d’ici vers vous, ou de là vers nous, ne puissent le faire.
Le riche dit: Je te prie donc, père Abraham, d’envoyer Lazare dans la maison de mon père; car j’ai cinq frères.
C’est pour qu’il leur atteste ces choses, afin qu’ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments.
Abraham répondit: Ils ont Moïse et les prophètes; qu’ils les écoutent.
Et il dit: Non, père Abraham, mais si quelqu’un des morts va vers eux, ils se repentiront.
Et Abraham lui dit: S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu’un des morts ressusciterait. » Matthieu 16 :19-31
Tout ce que vous avez sur terre ne vous servira pas au ciel. C’est tout ce que vous faites qui sera d’une grande utilité au ciel. Ce sont vos œuvres qui seront d’une grande utilité pour vous. Dans cette histoire, nous voyons ce riche demander que l’on envoie quelqu’un d’entre les morts pour aller parler à ses cinq frères pour qu’ils ne viennent pas dans ce lieu de tourments. C’était déjà trop tard pour lui-même et en même temps, il ne pouvait plus communiquer à ses frères qui sont restés sur terre. C’est maintenant aussi que nous devons parler de Jésus-Christ aux membres de nos familles et à toutes les personnes qui sont autour avant notre mort et avant la leur aussi, sinon, c’est juste le jugement qui attend chacun de nous. C’est maintenant que nous devons mettre de l’ordre dans nos vies, c’est maintenant que nous devons confesser nos fautes et les abandonner, c’est maintenant que nous devons chercher la miséricorde de Dieu, c’est maintenant que nous devons servir Dieu.
Terminons avec ce passage :
« Pour n’avoir pas, au milieu de l’abondance de toutes choses, servi l’Éternel, ton Dieu, avec joie et de bon cœur,
tu serviras, au milieu de la faim, de la soif, de la nudité et de la disette de toutes choses, tes ennemis que l’Éternel enverra contre toi. Il mettra un joug de fer sur ton cou, jusqu’à ce qu’il t’ait détruit. » Deutéronome 28 :47-48
Servir Dieu n’est pas une affaire des chômeurs, des pauvres, des malheureux, mais une affaire de tout celui qui vit, de tout homme, de toute femme ici bas. D’une manière ou d’une autre nous devons servir Dieu ; sinon, les mauvais jours viendront où Dieu la famine, la soif, la nudité, la disette de toutes choses, où les ennemis viendront…Je me rappelle d’un ministre du temps du feu président Mobutu qui lorsque leur pouvoir a été renversé était tombé si bas qu’il commencé à emprunter le taxi-bus, le transport en commun de l’époque dans des conditions pas possibles. Notre position actuelle, notre rang social, nos richesses aujourd’hui, notre compte en banque maintenant n’est rien si nous n’avons pas Jésus-Christ en nous, si nous ne servons pas Dieu avec tout ce qu’Il nous donne.
C’est le message fort avec lequel je me suis réveillé ce matin. Dieu veut juger nos ennemis qu’ils soient esprits ou humains durant le mois de Juin, cependant, nous-mêmes, nous devons mettre notre vie en ordre. Nous ne pouvons pas accuser un voleur si nous volons nous-mêmes. Nous ne pouvons pas accuser les sorciers si nous-mêmes nous haïssons les autres. Que nos cœurs soient purs devant l’Eternel Dieu. Que nous puissions obéir à Dieu, nous soumettre à Dieu afin qu’à notre tour nous recevons la puissance de punir toute désobéissance au nom de Jésus. Comme il est écrit :
« Nous sommes prêts aussi à punir toute désobéissance, lorsque votre obéissance sera complète. » 2 Corinthiens 10 :6
Je prie que le Seigneur nous accorde la grâce que notre obéissance soit complète afin que nous puissions punir toute désobéissance au nom puissant de Jésus ! Toute obéissance pour moi, c’est tout ce qui n’est pas dans le plan de Dieu mais que nous sommes en train de vivre dans notre vie. Cela peut être une maladie qui ne se guérit pas, un problème non résolu pendant des années, un défi qu’on arrive jamais à relever, des difficultés desquelles on n’arrive jamais à s’en sortir etc.
Si vous n’avez pas encore donné votre vie à Jésus-Christ de Nazareth, c’est par là qu’il faut commencer. Je vous prie de cliquer ici.
Que Dieu bénisse Sa parole au nom puissant de Jésus !
Je n’ai pas pu finir l’enseignement de ce mois de Mai. Je prie que Dieu m’accorde le temps, la force et tous les moyens de revenir dessus. Durant le mois de Juin qui va commencer demain, nous allons invoquer le châtiment de Dieu sur tous les ennemis de nos vies, de nos familles et de tout ce qui est à nous. Hier, j’ai été pénalisé parce que j’ai été plus informaticien que pasteur, je cherchais à réparer mon ordinateur. Gloire à Dieu, je suis parvenu à le faire, voila pourquoi vous avez reçu cette exhortation très tôt. Merci d’envoyer vos actions de grâces pour soutenir l’œuvre de Dieu. Pensez à tous nos livres à publier et surtout à notre premier voyage missionnaire pour le Cameroun. Merci à tous ceux qui nous soutiennent de près tout comme de loin, d’une manière ou d’une autre. Merci à notre cher tendre Père céleste qui nous fait entrer dans la deuxième moitié de cette année dans quelques heures. Soyez tous bénis au nom de Jésus !