J’ai cessé de prendre les gros comprimés !

Je suis une jeune dame de 34 ans condamnée par la médecine depuis septembre 2017.

Après le décès du père de mon enfant, je me suis dit que Dieu n’existait pas. Personnellement je me disais, depuis cette perte, que si Dieu existait Il ne pouvait pas permettre qu’un innocent meurt. Lire la suite

Guérison miracle du VIH-SIDA

Bonjour bien-aimé(e),
Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence vous soit multipliée dans le glorieux nom de Jésus-Christ notre Seigneur.

Hier soir, j’ai reçu ce merveilleux témoignage depuis le Sénégal. Je rends gloire à Dieu parce qu’il tombe à pic ! Dieu ne fait rien en vain. C’est pour nous un signe car nous sommes en pleine session de l’école de guérison. Ce témoignage est d’un grand réconfort pour tous ceux qui souffrent du VIH-SIDA. Il édifiera aussi tous ceux qui ont des membres de leur famille souffrants de maladies incurables. Lire la suite

Jésus-Christ continue à guérir du VIH-SIDA: Témoignage frère du net – Lubumbashi R.D. Congo

Bonjour Pasteur, je suis un frère du net et je vis à Lubumbashi.
Je voulais juste vous remercier, et témoigner au monde ce que le Seigneur notre Dieu a fait dans ma vie.
En effet, en Janvier dernier, je suis allé passer quelques test du VIH, plus précisément Elisa, quand je suis allé prendre mes résultats, on me dira qu’il y a présence du virus. J’étais abattu, et suis rentré à la maison dans ma chambre, j’ai prié et demandé à mon Dieu une seconde chance de vivre ; alors, je ne savais pas quoi faire. Lire la suite

Le résultat de mon test VIH est négatif

Bonjour bien-aimés dans le Seigneur. Je vais commencer par rendre grâce à mon Jésus : Merci mon Dieu. L’histoire est longue mais je ferai un effort d’être concise. Je suis une jeune gabonaise, Chrétienne catholique. Il y a un an, le 27 février 2017, je rentrais de l’étranger où j’avais passé 5 années d’études.

A mon arrivée, mon copain décide de rompre sans raisons concrètes, j’ai été très affectée car je me retrouvais avec un enfant, sans emploi et surtout sans support affectif.

J’ai commencé à déprimer, je me renfermais, je maigrissais de plus en plus au fil du temps, je n’arrivais même plus à dormir la nuit, j’avais des insomnies vers 3h ou 4h tous les jours, bref, je sombrais.

Ma mère était souffrante me voyant ainsi, je sentais sa tristesse quand elle me regardait. Elle a tout essayé pour que je reprenne la forme, elle m’a gavé de vitamines, de conseils mais rien n’a marché.

Puis un jour, je me suis dit qu’il faut que j’avance. Et là, éprise de solitude, j’ai repensé à un ancien copain avec qui on n’avait plus de bons rapports car, je l’avais croisé 2 fois déjà et on ne s’était même pas dit bonjour. Au soir du 13 novembre 2017, j’ai décidé de l’appeler et on a vite renoué les liens. 3 jours après, c’est-à-dire le 16 novembre on a passé la nuit ensemble.

Et c’est là que la vraie tourmente commence. En plus de la déprime que je vivais déjà, les angoisses et la peur s’ajoutèrent. En rentrant je n’avais pas le cœur tranquille. C’est ainsi que je me suis confiée à une cousine. Elle m’a tout de suite sermonnée! En me disant qu’avec toutes ces maladies qu’il y a actuellement, j’étais folle de poser de tels actes.

C’est alors que le lendemain même, le 17 novembre, j’ai demandé à mon ami qu’on aille faire le test de dépistage VIH car j’avais peur. Il a accepté. Mais, compte tenu de nos occupations respectives on a pu aller le faire au programme national de lutte contre le sida (PNLS), le 21 novembre, un mardi à 8h je m’en rappelle bien! Les résultats nous ont été remis à 12h. Mon ami est déclaré séropositif et moi séronégative.

Je suis tétanisée ! Je remonte le moral de mon ami mais en moi ça ne va pas. Puis nous nous sommes rendus au centre spécialisé pour le traitement du Sida à Libreville (CTA) où nous avons rencontré une psychologue à qui nous avons raconté l’incident. Elle nous a dit qu’il y avait un traitement préventif mais qu’au-delà de 3 jours ce n’était plus efficace. En d’autres termes que c’était trop tard pour moi malgré le traitement qu’elle administre quand même. Et elle demande à mon ami de faire un autre test de confirmation.

Bien-aimés, j’étais anéantie au sortir de là. J’ai dit à mon ami: je dois m’arrêter dans une église, je ne peux pas rentrer comme ça. Il était déjà 15 heures par là quand on se rend dans une église.

Je voulais rencontrer un prêtre mais ils étaient tous occupés. Alors, j’ai juste pris un temps de prière et je suis rentrée. Le soir même j’ai contacté un prêtre que je connais bien et je l’ai tout expliqué, il m’a envoyé des prières comme il était en déplacement.

J’ai commencé à prier avec foi et au fur et à mesure que je priais les angoisses baissaient. J’ai imploré la miséricorde divine et je disais au Seigneur de se rappeler de moi, j’avais même changé mes mauvaises habitudes.

2 semaines après, à son arrivée on s’est rencontré et là il m’a dit: Ne mets pas de doute dans ton cœur si tu te confies à Dieu car le doute est la première arme du diable. Mais pour moi c’était toujours difficile de ne pas avoir peur en pensant que je pouvais être atteinte.

C’est ainsi que je me suis mise à chercher les témoignages des gens guéris du sida sur YouTube. Bien-aimés, la puissance du témoignage n’est pas à négliger. Témoignons de tout ce que Dieu fait pour nous car ça peut aider quelqu’un quelque part dans le monde!

Je suis tombée sur des vidéos qui m’ont données espoir, des chrétiens que le Seigneur avait guéris de façon exceptionnelle. Et là, je me suis dit si Dieu a pu guérir des gens qui faisaient déjà la maladie, qui étaient mourants, c’est que mon cas est petit devant lui. Un soir de 26 janvier 2018, toujours dans mes recherches je suis tombé sur un témoignage du site Foi-Esperance-Vie. C’était un frère qui disait qu’il avait reçu sa guérison en méditant la parole, en posant des actes de foi et en pratiquant la sainte scène. J’ai continué sur le site et je suis tombé sur ”les 40vérités sur ma guérison et ma santé” que j’ai lu et c’est là que j’ai été vraiment rassurée.

Je disais cette prière tous les soirs en plus des autres prières que je faisais et je me suis mise à lire les enseignements et au moins un passage biblique par jour. (Comme je n’aime pas la lecture en général). Bien-aimés, chaque passage sur lequel je tombais s’adressait directement à moi et pourtant j’ouvrais la bible sans réfléchir et là où mes yeux tombaient je lisais.

J’ai constaté que mon cœur était en paix au fil du temps et j’avais retrouvé l’appétit. Jusqu’à ce que j’ai commencé à avoir des maux de gorges et des maux de têtes, et c’est en lisant les témoignages que j’ai su que ça pouvait être des symptômes du VIH.

Un matin j’ai fléchi mes genoux et j’ai dit au diable qu’il ment! M’inspirant des 40 vérités, j’ai dosé ma prière et après, j’ai cherché le numéro du pasteur Wisdom que j’avais noté en copiant la prière et je l’ai contacté sur Whatsapp.

On a échangé et le lendemain, il a prié pour moi. Pendant que le Pasteur priait, j’avais une sensation étrange que j’arrive toujours pas à expliquer, comme de la chair de poule mais plus fort que ça… J’étais en larmes après la prière. Et le Pasteur en m’entendant pleurer m’a dit: tu as reçu Jésus, tu ne mourras pas, mais ne laisse pas le péché chasser cette grâce sinon, quand le malin reviendra, il trouvera ton âme vide et s’installera à nouveau.

Tout commençait à aller dans le bon sens.

Je prenais autorité sur les maux dans la prière au nom de Jésus et ils disparaissaient de jour en jour. J’ai fait de la parole de Dieu ma nourriture, moi qui n’aime pas lire je dévore des chapitres entiers de la bible maintenant ! Puis j’ai décidé d’aller à une retraite spirituelle du 2 au 4 mars (sachant que nous étions en jeûne du 1er au 7 sur le site FEV). Pendant la retraite, le prêtre nous a proposé le jeûne d’Esther que j’ai pratiqué pour la première fois et c’est pendant ce temps de jeûne et de prière que le Seigneur s’est révélé. Je me suis vu enchainée, puis dans la prière les chaines ont sautées et un homme est venu me faire sortir de l’espèce de chambre souterraine où j’étais pour m’amener dehors.

Je ne comprenais pas les images dans ma tête.

Mais je disais au Seigneur que je crois qu’il m’a délivré et que je témoignerais de sa gloire la semaine qui suivra.

Bien-aimés, la semaine qui a suivi, le doute est revenu s’installer. A chaque fois que je pensais aller faire le test, j’étais éprise de peur, jusqu’à ce que la semaine s’écoule. La semaine qui suivait c’était pareil. Le mercredi soir je suis retournée sur le site FEV et là je tombe sur la série ”Dieu: source de vie et de bonheur, suite 5” de la sœur Arlette que je ne suivais même pas. Le Saint Esprit m’a dit: ce n’est pas grave. Si tu n’as pas lu le début de la série, moi je veux que tu lises ça !

Bien-aimés, je ne vais pas vous dire ce que j’ai lu, mais je vois exhorte à aller chercher cet enseignement pour ce qui ne l’ont pas encore lu. C’est le Seigneur lui-même qui s’est adressé à moi et c’était décidé, j’allais dès le lendemain faire mon test.

Le lendemain, le jeudi 15mars il pleuvait (il y avait une pluie qui a duré toute la nuit jusqu’à midi du jeudi, les frères qui sont à Libreville peuvent se rappeler). Mais cela ne m’a pas arrêté, bien au contraire je me suis dit qu’au moins nous ne serons pas nombreux et l’attente sera moins longue. Alors j’ai écrit au Pasteur lui disant que je vais faire mon test et que je garde ma confiance en Dieu. Lui de me répondre juste: JESUS EST FIDELE.

Pendant l’examen et pendant l’attente des résultats, j’avais ses paroles.

Bien-aimés à 13 heures, mon Dieu a matérialisé sa fidélité, le résultat de mon test VIH est négatif.

Depuis je cherche comme lui rendre grâce à la hauteur de sa bonté mais je ne trouve pas.

Je crois et je sais que c’est Dieu lui-même qui m’a délivrée de la peste et de ses ravages.

Je l’avais promis de témoigner de sa gloire.

Alors ce témoignage est pour vous tous qui passez des moments de doute, sachez que celui qui m’a délivré c’est Jésus-Christ le Dieu des cas impossibles à l’homme ! Avec lui on ne raisonne pas, on CROIT en ses promesses c’est tout.

Vivez de sa parole quelle que soit votre situation et vous viendrez vous aussi donner votre témoignage.

Soyez bénis. Je voulais exceptionnellement vous remercier aussi Pasteur. Que ce témoignage soit source de motivation. Dieu fait un travail spécial par vous.

Je n’ai encore rien à vous offrir, sinon à offrir à Dieu pour son œuvre mais je crois fermement que je participerais à son œuvre. Vous êtes un être béni, comme tous ses élus, qu’il vous élève autant que possible selon sa volonté. Je n’oublierai jamais votre impact dans ma vie

Sœur du Net, Gabon


Voir tous les témoignages: cliquez ici.

N’oublions pas nos 15 minutes de prière pour la Mission Cameroun. Demain, nous commençons l’école de guérison à partir de 10 heures et notre conférence à partir de 16h30. Merci de partager et que Dieu vous bénisse.

Dieu m’a guéri du VIH-SIDA par la puissance de Sa parole!!!

Témoignage de guérison divine : Le VIH est vaincu par la méditation quotidienne de la Parole de Dieu, la prière, les déclarations de foi et la sainte-cène

Bien aimé (e) dans le Seigneur. Je suis rempli de joie et de reconnaissance envers Celui qui vit à jamais. Je viens témoigner la Gloire éclatante de notre Dieu, Celui dont les Bontés ne sont pas épuisées et Ses Compassions ne sont pas à leur terme, mais qu’elles se renouvellent chaque matin. Oh ! Que Sa Fidélité est Grande !  Lire la suite

Dieu m’a guérie du sida et m’a donné un travail (témoignage)

Bonsoir! Je suis la sœur Francisca du Gabon.
Pendant longtemps, j’ai mené une vie de débauche qui n’avait pas de nom. Aujourd’hui, je voudrai témoigner ce que Dieu a fait pour moi. J’ai été déclaré séropositive  il y a quelques années et j’ai perdu mon travail par la suite. Cela m’a beaucoup affecté, j’ai perdu 20 kg en une semaine. Le fais d’être sans emploi m’a poussé à repartir vivre chez mes parents.
J’ai fait pratiquement 2 ans enfermée dans la maison. Lire la suite

Témoignage: Dieu m’a délivrée de mes angoisses!

Dieu m’a délivrée de mes angoisses !
Bien-aimés frères et sœurs, je viens rendre témoignage et remercier l’Éternel qui m’a délivré des angoisses.
En effet, tout a commencé après que j’aie commis le péché de fornication. Une fois que j’ai commis cet acte, je commençais à regretter et à me sentir très mal à un tel point que je n’arrivais même plus à me concentrer au travail, ni à faire quelque chose d’autre. Lire la suite